Publié le 28 Mai 2012

Ursie était une magnifique femelle Thaï, seal point, qui est née en avril 2003.

z-copie-1

Il n’a pas fallu plus de 2 heures à la miss pour trouver sa place au sein du Manoir, et avoir mis Nounours, le gros Montagne des Pyrénées à sa botte.

47703 1420410109052 1196667154 31020918 4831148 n

Le soir même, elle avait trouvé sa place pour dormir sur mon armoire. Elle avait réussi à y monter un plaid, et quelques peluches volées par ci par là pour se faire un nid confortable, dont elle descendait pour venir se blottir entre les oreillers quand nous dormions.

Les mois passaient, Ursie faisait sa petite vie, et un copain l’avait rejoint, qui avait le droit de partager son nid : Ubdic.

Un soir, je m’aperçois qu’il manque quelques fourchettes dans le tiroir des couverts. Je commence donc à chercher dans toute la cuisine, en vain. Et de jour en jour, j’avais de moins en moins de fourchettes, et même de petites cuillères…

Je commençais à me poser de sérieuses questions, loin de soupçonner la bonne coupable.

 

 ursie10

Un soir, à l’heure du coucher, je monte rejoindre ma chambre, accompagnée des 2 chats devenus inséparables. Et là, le mâle plutôt pataud, monte dans leur nid, sur l’armoire, et se loupe. Un bruit de métal tinte, et je commence à me demander ce qui se passe ! je prends un escabeau, je monte et je vois le stock de fourchettes, cuillères et même un fouet de mon batteur, là au milieu du nid créé par Ursie. Et je remarque en redescendant son trésor qu’elle me regarde de travers.

 

 

 ursiejoue

Je pose les objets du délit, je range mon escabeau, et en revenant je vois ma belle Ursie, la fourchette dans la gueule en train d’escalader sur l’armoire, elle remontait les fourchettes une à une…

De ce jour, je prenais l’habitude de récupérer les fourchettes tous les jours c’était devenu un jeu pour elle. Nous ne l’avions jamais prise sur le fait, mais du jour où j’ai découvert son secret, elle ne se cachait plus, volant devant nous l’objet tant convoité !

Une fois qu’Ursie a été maman, elle a de suite stoppé ces vols, et n’a jamais recommencé !

14761 1175580748471 1196667154 30440970 5103271 n

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai- Marie-Hélène

Publié dans #La vie des membres Eurothai

Repost 0

Publié le 28 Mai 2012

La vaccination

Tout au long de leur vie, les chats risquent d'attraper un certain nombre de maladies contagieuses, encore plus particulièrement s'ils ont accès à l'extérieur. Ces affections peuvent affecter gravement leur santé, voire même entraîner leur mort.
La vaccination est donc leur seule protection efficace et durable.

eden2

Il existe un certain nombre de vaccinations contre les maladies du chat. Le choix de ces vaccins dépend de son mode de vie : vie en intérieur, accès à l’extérieur, voyages, contacts avec d’autres chats…

Le chat d’intérieur doit être vacciné contre le typhus et le coryza, même s’il ne sort jamais. En effet en rentrant chez vous, vous véhiculez des agents pathogènes susceptibles de contaminer votre compagnon. Ces deux infections peuvent être mortelles, surtout chez le chaton.

eden3

Le chat qui sort ou qui est en contact avec d’autres doit également être vacciné contre la leucose féline (FeLV).

Ces trois maladies, typhus, coryza et leucose, ne sont transmissibles ni à l’homme, ni aux chiens, mais aux autres chats.

Il existe également un vaccin contre la rage, obligatoire pour voyager hors de France.



Le protocole de vaccination est simple. La primo-vaccination consiste en deux injections à 3-4 semaines d’intervalle. Ensuite, un rappel est effectué tous les ans.


100 4052



Questions/réponses :



Mon chat a rendez-vous chez le vétérinaire pour son rappel annuel de vaccins, que dois-je faire avant ?

L’idéal est de le vermifuger environ une semaine avant. En effet, la réponse immunitaire aux vaccins est meilleure chez un chat en bonne santé, deparasité.



Mon chat va-t-il être fatigué par les vaccins ?

De retour à la maison, votre chat peut sembler abattu, manger moins et présenter de l'hyperthermie pendant environ 24 heures. Il peut s'agir d'une réaction au vaccin, qui ne nécessite aucun traitement particulier. Cependant, n'hésitez pas à en informer votre vétérinaire qui prendra les mesures nécessaires pour le suivi de votre animal. Votre chat peut aussi présenter une petite réaction inflammatoire locale, qui s’estompera seule. Très rarement, une réaction de type allergique peut survenir quelques minutes après l'administration d'un vaccin. Le cas échéant, votre vétérinaire administrera à votre chat le traitement d'urgence approprié.



Mon chat est vieux, dois-je le faire vacciner quand même ?

Avec l’âge, le système immunitaire est moins performant et le chat est plus sensible aux infections. Il est donc nécessaire de continuer à le faire vacciner mais il est possible d’alléger les protocoles.



Je laisse mon chat en pension pour les vacances, quelles précautions prendre ?

En pension, le chat peut-être en contact avec d’autres chats. Il faut donc qu’il soit bien à jour de ses vaccins, typhus, coryza et leucose. Il est également conseillé de le vermifuger une semaine avant de l’emmener et une à deux semaines après son retour chez vous.

100 2727

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #La Santé

Repost 0

Publié le 27 Mai 2012

L'inappétence chez le chat

images (3)

Comme chacun sait, les chats sont des mangeurs très difficiles, ce qui implique une alimentation très appétissante.

La plupart d’entre eux préfèrent le poisson à la viande et les aliments nouveaux à ceux déjà connus, comme l’ont parfaitement compris les fabricants d’aliments pour chats.

Si un aliment nouveau ne s’avère pas aussi goûteux que celui habituel, le chat voudra revenir à son régime habituel au bout de quelques jours.

La plupart des chats semblent indifférents au saccharose et donc aux douceurs à la saveur sucrée.

 

images (1)

De l'inappétence à l'anorexie

L’inappétence peut se transformer en problème clinique bien plus complexe, à la limite de l’anorexie. On observe souvent chez les chats hospitalisés que des chats légèrement malades compromettent sérieusement leur santé en refusant de s’alimenter.

Même si on peut intervenir en les forçant à manger grâce à une sonde gastrique, il est préférable d’essayer de les faire manger de leur plein gré, car un aliment ingéré normalement par la bouche stimule bien plus les sécrétions gastrique et intestinale qu’un aliment introduit directement dans l’estomac par une sonde.

Pour stimuler l’appétit du chat, on peut également utiliser de la benzodiazépine fournie sur ordonnance par le vétérinaire.


 
N. Magno
  • Psychologue spécialisée dans l'éthologie, éleveuse de Chartreux et auteur d'ouvrages de référence sur le chat

 

 

 

images

 

Troubles alimentaires du chat

Le chat, ne pouvant pas chasser sa nourriture dans votre appartement, pourra manifester une certaine agressivité ; c’est pourquoi le jeu est fondamental. En outre, laissez-le sortir les croquettes de sa gamelle et n’exigez pas une tenue impeccable ! Cela lui permettra d’évacuer ses pulsions instinctives. Et d'éviter l'apparition de troubles alimentaires.

La boulimie

Elle se rencontre fréquemment chez des chats qui s’ennuient ou qui font peu d’exercice dans la journée. La surconsommation d’aliments trop gras est aussi à montrer du doigt. Le chat mange pour se distraire, pour le plaisir comme il chasse. La prise de poids peut donc être rapide.

L’anorexie

Le chat ne mange plus. En dehors de toutes les causes médicales, ce trouble peut avoir une origine psychologique. Les modifications de son environnement ou de ses habitudes (le décès de son maître, une mise en pension…) peuvent être des sources importantes d’anxiété. Le chat peut aussi essayer d’attirer l’attention de son maître. Dans ce cas, n’hésitez pas à le caresser lors des repas pour le rassurer.

Les téteurs

Le comportement de tétée peut persister à l’âge adulte. Il est fréquent chez des chatons orphelins frustrés. L’animal suce une peluche et en pétrit en même temps la surface.

Le pica

Ce trouble consiste à manger des substances non alimentaires : de la laine, des élastiques… L’anxiété est souvent à l’origine de ce comportement.


 
Michèle Fermé-Fradin
  • Docteur vétérinaire, spécialiste du comportement et pathologies du félin et auteur de plusieurs ouvrages de référence

 

 

 

images (2)

******************************************************************************************

Si vous souhaitez en savoir plus referrez vous aux articles de Marie-Hélène Bonnet, Comportementaliste Felin, Presidente d'Eurothai, ou contactez là pour toute question

www.comportement-chat.com 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #L'Alimentation du Chat

Repost 0

Publié le 27 Mai 2012

Etymologie du mot chat

Le mot "chat" est apparu dans la langue en 1175.
Notre "Félis catus" a porté bien des noms avant
d'en arriver là !

 

a

 

L’'origine du mot "chat" demeure controversée. En Egypte, ou débute sa domestication, celui-ci est appelé "myeou", de toute évidence, une onomatopée de son miaulement. Toutefois, la femelle porte le nom de "techau", nom que l'on retrouve gravé au pied des statuettes funéraires placées dans les tombes des femmes. A partir de ce terme, découle l'appellation de "chaus". Cette appellation a persisté puisqu'un grand chat sauvage d'Egypte et d'Asie est ainsi nommé.

Lorsque les grecs découvrent le chat, ils lui attribuent le nom de "galé". A Rome, le chat sauvage est dénommé "felis". Le terme aura une abondante descendance comme en témoignent tous les mots français forgés à partir de lui (félin, félidé, etc.).

Au IVe siècle aprés J.-C, apparait, dans le latin "corrompu" du Moyen-âge, le terme "cattus". Ce terme semble avoir été emprunté à une langue africaine ou orientale puisque le chat est appelé "kadis" par les Nubiens, et "gato" par les Syriens.

 z

Et en l'an de grâce 1175, la France introduit (enfin!) le mot chat dans les textes. Il remplace alors "cattus" et cie. Chatte et chaton n'arriveront qu'à la fin du XIIIe siècle, tout comme d'autres dérivés : chatière, chattemite (ne vous méprenez pas, ce n'est pas un chat envahi par les mites!), oeil-de-chat…

 

Pour finir, n'oublions pas que de ce fameux "cattus" est à l'origine du mot chat dans plusieurs langues : cat en anglais, katze en allemand, kat en néerlandais, gato en espagnol et en portugais, gatto en italien…

 

Source : Internet

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Préambule

Repost 0

Publié le 27 Mai 2012

Les maladies génétiques

 

 

Les maladies génétiques ont pour caractéristique principale d’être provoquées par un « défaut » propre à l’organisme, et non par un agent extérieur. En effet, nous sommes fabriqués à partir d’une « notice de montage », le génome. Si cette « notice » comporte une erreur, celle-ci aura pour conséquence un « défaut de construction » de l’organisme.

 

Le génome est formé par l’ensemble des gènes de l’individu. Un gène est une unité fonctionnelle qui code une protéine qui elle-même gouverne un caractère (voir fig. 1). Les gènes sont portés par la molécule d’ADN située dans le noyau de la cellule (voir fig. 2). A chaque gène correspond une position physique sur la molécule d’ADN : cette position physique est appelée locus. Il est important de comprendre que chacune de nos cellules contient l’ensemble de nos gènes, mais ne les utilisent pas tous. A chaque type de cellule correspond une série de gènes qui sont utilisés, quand les autres restent silencieux : on dit que les gènes utilisés s’expriment et que les gènes silencieux ne s’expriment pas.

 

 

Figure 1 : le gène code une protéine

z

 

 

 

 

 

Figure 2 : le support de

l’information génétique

Image tirée du site http://cell.sio2.be/index.php

 

 

 

 e

 

Physiquement, l’ADN a l’allure d’une double hélice, formée de 2 brins enroulés l’un autours de l’autre (voir fig. 2), mais aucun appareil ne permet de la voir réellement. Des protéines structurent cette double hélice. L’ensemble ADN / protéines forme un chromosome. L’homme possède 23 paires de chromosomes. En effet, chaque gène est présent en double exemplaire dans nos cellules : chaque chromosome d’une paire porte l’une des deux copies. Chez l’homme, on distingue 22 paires d’autosomes, et 1 paire de chromosomes sexuels (ou gonosomes) ; chez le chat, on compte 18 paries d’autosomes et 1 paire de chromosomes sexuels. La paire de chromosomes sexuels définit le sexe de l’individu : les filles ont deux chromosomes X, tandis que les garçons ont un chromosome X et un chromosome Y. Il est possible de visualiser l’ensemble des chromosomes d’un individu sur un caryotype (voir fig. 3). L’établissement du caryotype permet de détecter la présence d’une éventuelle anomalie chromosomique. L’anomalie chromosomique la plus connue chez l’homme est la trisomie 21,

caractérisée par la présence anormale d’un troisième chromosome 21. La paire de chromosomes sexuels peut aussi être touchée : on retiendra le syndrome de Klinfelger et le syndrome de Turner. D’autres anomalies touchent uniquement un fragment d’un chromosome qui va venir s’ajouter au chromosome d’une autre paire : on parle alors de translocation. Certains cancers sont provoqués par une telle anomalie. Les anomalies chromosomiques constituent la première classe de maladies génétiques.

 

La seconde classe de maladies génétiques regroupe les maladies due à un défaut dans la structure d’un gène. Il s’agit des maladies géniques. Les myopathies et la mucoviscidose chez l’homme rentrent dans ce cas. Chez le chat, les maladies les plus connues sont l’amyloïdose, la PKD (Maladies Polykystique des Reins, également appelé MPR pour les formes humaines) et la HCM ( ou Cardiomyopathie Hypertrophique).

 a

Une maladie génétique peut être héréditaire, c’est à dire transmissible de parent à enfant, ou somatique, c’est à dire survenir sporadiquement dans la population. Les maladies génétiques somatiques s’expliquent par une mutation survenant lors de la division cellulaire, ou mitose. En effet, chaque cellule de notre organisme contient exactement la même information génétique, ce qui implique qu’avant de se diviser en 2 cellules filles, une cellule doit recopier son information génétique (la fameuse « notice »): c’est à ce stade que survient la mutation, qui correspond à une erreur de copie. La cellule fille qui hérite de la copie déficiente va ensuite la transmettre à toute sa descendance : on parle d’un clone cellulaire, ou encore d’une lignée cellulaire. Si l’erreur touche un gène nécessaire pour le type de la cellule touchée, alors, on verra apparaître les symptômes de maladie. Le résultat d’une mutation somatique est que l’individu est alors constitué de deux populations cellulaires : une population contenant l’information génétique initiale, et une autre population portant la mutation. On parlera alors d’un individu mosaïque. Les maladies génétiques somatiques ne sont jamais transmissibles à la descendance.

 

A l’inverse, les maladies génétiques héréditaires, elles, se transmettent à la descendance : la mutation est présente dans l’ensemble des cellules du corps, et en particulier dans les gamètes ou cellules sexuelles. Toutefois, de par le mode d’expression de ces copies mutées, un descendant qui en héritera ne sera pas nécessairement malade. Pour déterminer si un individu exprimera ou non la maladie, il faut prendre en compte la récessivité ou la dominance de la copie mutée. Nous abordons ici des notions générales de déterminisme génétique. Quelles sont les lois qui permettent de comprendre comment nos gènes gouvernent nos caractères physiques ?

 

Nous avons vu plus haut que chaque gène est présent en double exemplaire. Un gène peut prendre plusieurs formes ou allèles. Lorsque les deux copies du gène sont identiques – même allèle – l’individu est dit homozygote ; lorsqu’elles sont différentes – deux allèles différents – l’individu est dit hétérozygote. Chez un individu homozygote, le gène s’exprime toujours sous la forme sous laquelle il est présent chez cet individu. Le problème en revanche se pose de savoir quel est l’allèle qui va s’exprimer, c’est-à-dire qui va prendre le dessus, chez l’individu hétérozygote. Le rapport de dominance / récessivité entre les allèles détermine quel est l’allèle qui va être exprimé : chez un hétérozygote, l’allèle qui s’exprime est dit dominant sur l’allèle qui ne s’exprime pas, qui, lui, est récessif. La plupart des maladies génétiques sont dues à des allèles récessifs. Un allèle récessif ne s’exprime que chez l’homozygote.

 

Un individu hérite une des copies de sa mère et l’autre de son père. Dans le cas d’une maladie génétique due à un allèle récessif, et la mère, et le père, doivent donc transmettre cet allèle à leur enfant. Plusieurs cas de figure peuvent se présenter :

  • L’individu est malade : il est homozygote pour l’allèle délétère.

  • L’individu est sain, mais pourtant, sa descendance est malade : il porte l’allèle délétère mais ne l’exprime pas, c’est-à-dire qu’il est hétérozygote pour l’allèle délétère. On dit qu’un tel individu est un porteur sain.

  • L’individu est sain et aucun de sa descendance n’est malade : il ne porte pas l’allèle délétère.

 

Dans le cas d’une maladie due à un allèle dominant, en revanche, tous les porteurs sont malades. C’est le cas de certaines MPR chez l’homme, et de l’une des formes de PKD chez le chat. Toutefois, alors que certains individus vont en mourir très jeunes, d’autres vont survivre plus longtemps : on parle alors d’expressivité variable de l’allèle délétère. L’expressivité variable correspond à la variabilité du degré d’affection d’un individu à l’autre. Les MPR se caractérisent par l’apparition de kystes sur les reins. Les individus naissent parfaitement sain, mais au fur et à mesure du vieillissement, des kystes apparaissent et deviennent de plus en plus gros, jusqu’à détruire complètement la fonction rénale. La variabilité, pour ces maladies, réside dans la rapidité d’évolution et la grosseur des kystes.

 

D’autres maladies génétiques présentent une pénétrance incomplète. La pénétrance correspond à la proportion d’individu porteurs de l’anomalie génétique qui développent réellement la maladie. On parle de pénétrance totale lorsque tous les porteurs sont malades, et de pénétrance incomplète dans le cas contraire. Certaines maladies présentent une pénétrance incomplète lorsque l’allèle délétère est présent à un seul exemplaire, et une pénétrance totale lorsque l’individu est homozygote pour l’allèle délétère.

D’autre part, il faut distinguer les notions de maladie congénitale et de maladie génétique. Une maladie congénitale est visible dés la naissance ; elle peut avoir une origine génétique ou traumatique. Réciproquement, une maladie génétique peut-être congénitale, comme dans le cas, par exemple, de l’hémophilie, ou se développer beaucoup plus tardivement, comme dans les cas d’amyloïdose.

 

Enfin, beaucoup d’affection ont une cause extrêmement floue. Pour certaines, le déterminisme va être polygénétique, c’est-à-dire du sous le contrôle de plusieurs gènes : posséder un allèle délétère pour l’un de ces gènes ne suffit pas pour développer la maladie. Le plus fréquemment, une composante environnementale vient s’ajouter à la composante génétique : on parlera alors de susceptibilité génétique. La susceptibilité génétique correspond à l’augmentation du risque de développer une maladie, par rapport au risque moyen de la population. Chez l’homme, le diabète de type II est un excellent exemple de susceptibilité génétique : les individus prédisposés ont un risque de 60% de développer du diabète, contre 2 à 3% pour un individu non prédisposé. Beaucoup de cancers présentent aussi une susceptiblité génétique, le plus médiatisé étant le cancer du sein chez la femme.

 

Nous avons vu ici les affections à déterminisme génétique, mais en condition de vie réelle, pour beaucoup de maladies, les facteurs génétiques et environnementaux se combinent pour déclencher la maladie qui présente un déterminisme multifactoriel. Devant autant de complexité, l’individu lambda est souvent démuni. Les hôpitaux ont donc mis en place des services de « consultation génétique » où conseils, information et diagnostics sont prodigués. Ces services travaillent en étroite collaboration avec les laboratoires de génétique et de cytogénétique.

 

 

Merci au Dr Myriam Gullaud, Chatterie N'Ha Kyrielle

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Myriam

Publié dans #La Génétique

Repost 0

Publié le 14 Mai 2012

La toxoplasmose

 1195055410303[1]

 

La toxoplasmose est une infection parasitaire dont l'agent est le protozoaire Toxoplasma gondii. Le parasite infecte le plus souvent des animaux à sang chaud, y compris l’être humain, mais son hôte définitif est un félidé (dont le chat fait partie). Bénigne, voire asymptomatique dans l’immense majorité des cas, elle ne présente de risque sérieux que pour les femmes enceintes séronégatives et les sujets ayant un système de défense immunitaire affaibli[.


info toxo[1]

La maladie est présente partout dans le monde et on estime qu’un tiers de la population mondiale a été infectée par Toxoplasma gondii. D’après une étude de 1995, 50 à 70% de la population française serait immunisé.

23[1]

La toxoplasmose peut être transmise par la mère à son fœtus, on parle alors de toxoplasmose congénitale. Le risque et la gravité que le fœtus soit atteint dépend du stade de la grossesse. Le risque est inférieur à 2 % avant deux mois de grossesse mais dans ce cas l’atteinte fœtale est grave (décès ou malformations graves). Il atteint 70 % en fin de grossesse et le fœtus subira alors essentiellement des lésions oculaires.


regletoxo[1]

Toxoplasma gondii se reproduit dans l’intestin grêle du chat pour donner des oocystes qui sont disséminés dans l’environnement par les selles du chat. Ces oocystes sont donc présents sur les plantes ou la terre souillées par les déjections d’animaux et sont très résistants. De là, ils peuvent contaminer les aliments, les mains ou l’eau de boisson, puis être ingérés. Les herbivores qui broutent peuvent se contaminer. La présence des kystes dans la viande est fréquente : 80 % des ovins et des caprins adultes sont contaminés, 40% des porcs et les autres espèces animales peuvent toutes être contaminées mais dans des proportions inconnues[]. Lorsque la viande est consommée crue ou insuffisamment cuite, les kystes ne sont pas détruits et s’installent dans l’organisme hôte.



Même si la contamination la plus fréquente se fait par l’alimentation, des cas par greffe d’organe ou transfusion sanguine ont également été recensés[].



Si vous êtes enceinte et non immunisée, voici donc quelques précautions à prendre :



- se laver les mains après manipulation des aliments

- laver soigneusement les légumes, herbes aromatiques et fruits

- bien nettoyer les ustensiles après

- laver régulièrement son réfrigérateur et son plan de travail

- cuire suffisamment les viandes (ne jamais manger « saignant »)

- ne pas consommer de viande crue (tartare), d’œuf cru ou de lait cru

- vider et nettoyer la litière tous les jours

- porter des gants pour s’occuper de la litière

- se laver les mains après avoir caressé le chat

- porter des gants pour le jardinage



Pour conclure, je dirais qu’avec des mesures d’hygiène simples, on peut éviter la contamination. Donc nul besoin de se séparer de son minou !



 la-toxoplasmose[1]

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #La Santé

Repost 0

Publié le 10 Mai 2012

Comment nourrir son chat pour embellir son poil

7863583-un-chat-de-caricature-heureux-noir-avec-un-bol-de-n

Des touffes de poils éparpillées dans toute la maison. Pas de doute : la mue estivale est là et passe, aussi dévastatrice qu’un typhon.

Une fois que le vétérinaire a vérifié l’état de santé du chat, un bon régime et quelques conseils d'alimentation peuvent permettre de résoudre le problème ; nous allons voir comment.

images

Un régime adapté

Quasiment un tiers des protéines ingérées quotidiennement par le chat servent au renouvellement de l’épiderme et du poil. Un apport protéique équilibré est donc la première règle à respecter pour que le chat ait une belle robe. Un régime avec un bon équilibre entre les hydrates de carbone et les protéines a une importance capitale.

Les vitamines ont un rôle essentiel pour la vitalité du poil. C’est pour cela qu’il faut équilibrer le régime avec des vitamines A et H, car une carence peut provoquer une sécheresse cutanée et une desquamation, une sensibilité accrue de la peau aux infections bactériennes (les sources les plus courantes de vitamine A sont le foie, le jaune d’œuf, le lait, l’huile de foie de poisson ; les sources de vitamine H sont le maïs, les anchois, la levure).

large alimentation chat

On ne négligera pas pour autant les vitamines E, B6 et B5 car, quand leur taux est insuffisant dans le régime, le poil devient sec et fragile (les sources de vitamine E sont les céréales ; celles de vitamine B6 sont le poisson, le son et le germe de blé ; la vitamine B5 se trouve dans les céréales et le soja). Il faut également surveiller la présence de vitamine B10 (dont sont riches les céréales, les légumes verts et le foie), garantie d’une belle pigmentation de la robe.

Les sels minéraux, notamment le cuivre et le zinc, sont indispensables à la synthèse de la kératine (la protéine de base qui constitue le poil). Les aliments à base de poisson, de viande, de maïs et de froment sont donc les bienvenus. La liste des alliés du pelage est complétée par les acides gras essentiels contenus dans l’huile de maïs et de soja, ainsi que par la méthionine, présente dans l’oeuf, le poisson et le germe de blé.

 


L’herbe à chat

herbachat

Les chats mangent la Nepeta cataria, communément appelée « herbe à chat », qui favorise un comportement (roulement du corps et frottement de la tête) semblable à celui adopté durant la période des chaleurs.

Rien ne certifie pourtant qu’elle contienne des substances déclenchant des comportements de type sexuel ou qu’elle procure un plaisir particulier.

La Nepeta contient un composant semblable à une substance présente dans l’urine de l’étalon, auquel tous les chats sont sensibles, les mâles également, et en particulier les chattes en chaleur.

images (4)

L’herbe à chat stimule les comportements joueurs et les simulations de bagarre, mais elle n’incite pas, par exemple, les femelles à montrer leur zone génitale, à faire des vocalises ou à adopter des postures propres à l’accouplement.

En outre, les chattes en chaleur ne secouent pas la tête comme font les chats ayant mangé de l’herbe à chat. Quant aux mâles, ils ont les mêmes réactions que les femelles après avoir ingéré de l’herbe à chat.

8069-herbe-a-chat

 

 


Que faire si mon chat est difficile ?

images (2)

Lundi poulet, mardi lapin, mercredi pâté de thon, et ainsi de suite. Un menu de restaurant ? Non : ce ne sont que les plats proposés à un chat dans l’espoir que quelque chose lui plaise. C’est parfois le cas, mais, la plupart du temps, le chat fait la grève de la faim, bien qu’il soit en pleine forme. Remords et reddition du maître : la valse des menus recommence comme précédemment.

La majeure partie des maîtres de chat se comporte de cette façon, mais ils n’y sont pour rien. La faute en incombe à la mère : elle a mal dressé ses petits. Voyons pourquoi, et ce qu’il faut faire pour que le chat ait une alimentation à la fois saine et bonne sans céder à l’énervement à chaque repas.

ct terrelune

Si le chaton n’est pas encore sevré

Dans ce cas, il est assez facile de le familiariser avec un régime varié, mais simple. C’est en effet durant la période de sevrage, quand on passe du régime lacté au régime solide, que se commettent les erreurs alimentaires les plus fréquentes. Si la mère est là, le chaton s’habitue à manger ce qu’on lui offre, des croquettes aux souris en passant par les grillons et la nourriture en boîte, en fonction de ses propres penchants alimentaires.

Si l’on adopte une jeune chatte au moment du sevrage, il faut penser à cette règle et apprendre au chaton à manger de tout (y compris des légumes), car même s’il est essentiellement carnivore, il trouve dans la nature, dans l’estomac des petits herbivores chassés, la quantité nécessaire de fibres végétales riches en sels minéraux et indispensables à son transit intestinal.

zoom-299419-boeuf-almo-nature-9-x-70g-chat

Une chatte alimentée ainsi fera certainement une excellente mère, même sur le plan nutritionnel.

Si le chat est déjà sevré ou s’il est adulte

images (1)

Il est moins difficile d’éduquer un chaton qu’un chat adulte à un nouveau régime, mais on utilisera la même astuce. Elle consiste à intégrer progressivement et en quantités de plus en plus élevées unaliment nouveau à la nourriture que le chat consomme habituellement, sachant que la mutation complète peut nécessiter 20 à 30 jours, pendant lesquels il faudra être très patient. La victoire est garantie avec les chatons. Elle est un peu plus difficile avec les adultes.

> Une question sur l'alimentation de votre chat ? Les experts d'AlloVet répondent à toutes vos questions par téléphone : Contactez un vétérinaire

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #L'Alimentation du Chat

Repost 0

Publié le 9 Mai 2012

Angéline, la légende des chats.

 

 z

 

La Romieu,petit village du Nord gersois extraordinairement beau, avec sa collégiale, ses fortifications et partout sur les rebords des fenêtres, sur les murs vous regardent des statues de chats.

 e

 

Ces chats sont en fait l'objet d'une belle Légende Gasconne. En 1338, à La Romieu où surgissait depuis deux décennies sa splendide collégiale, un couple, Vincent et Marinette vivaient heureux. Ils avaient une petite fille au joli prénom d'Angéline. Vincent, bûcheron, mourut écrasé par un arbre, Marinette ne se remettant pas de ce décès se laisse mourir à son tour. On la retrouva décédée : Angeline, bien vivante était dans ses bras. La petite fille au doux prénom fut adoptée par une voisine qui l'intégra tout naturellement à sa famille. Angéline adorait les chats: quelques-uns dormaient avec elle, elle partageait quasi toujours son repas avec eux. Jeune fille courageuse et travailleuse, elle aida énormément ses parents adoptifs dans les taches campagnardes sans jamais oublier ses chats et réciproquement.

 

 

 r

Mais de 1342 à 1344 le climat fut dévastateur et les cultures ne furent pas bonnes si bien que la disette et la famine s'annonçaient. Le village avait faim et plus rien ne se présentait dans leurs assiettes. On décida alors de manger les chatsqui foisonnaient dans les rues du village en les cuisinant en gibelotte.

Conscients de l'amour que la petite fille portait à ses chats, ses parents adoptifs lui permirent de garder un chat et une chatte.Elle devait bien les cacher car n'importe qui dans le village, affamé, aurait eu vite fait de les transformer en civet. Le jour, elle les cloitrait dans le grenier, la nuit elle les libérait pour qu'ils puissent chasser et se nourrir à leur tour. Malgré tout, la famine était de pire en pire, les temps de plus en plus difficiles mais tous surmontèrent cette période hostile jusqu'à ce qu'une période plus prospère leur rendit de quoi vivre dignement.

 t

 

Mais, comme les chats de La Romieu avait été mangé, les rongeurs et surtout les rats avaient proliféré à outrance : ils menaçaient à leur tour les récoltes tant attendues ! Les chats d'Angéline avaient procréé plusieurs fois dans le grenier : elle proposa delâcher 20 chatonsqui décimèrent les rats et sauvèrent le village d'un malheur imminent. Angéline était alors une héroïne ! 

y
u

La légende, en toute bonne légende, ne s'arrête pas là : on raconte qu'au fil du temps, Angéline prenait les traits d'un chat :son visage et ses oreilles tendaient à la faire ressembler aux félins qui avaient sauvé La Romieu d'une nouvelle tragédie. En son honneur, sur la place du village, une statuette est érigée : mi-fillette, mi-chat.

 i

o

 

En découvrant la légende d'Angéline, le visiteur comprendra que le chat a sauvé, au cours des siècles, La Romieu des pires destins.

a

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #L'Histoire des chats

Repost 0

Publié le 6 Mai 2012

Le chat arrive

 

Galactée

Vous avez craqué, un chaton va bientôt rejoindre votre foyer, et vous voulez faire au mieux pour qu’il s’adapte rapidement et qu’il se sente bien dans ses papattes avec vous.

Voici donc quelques conseils pour que l’intégration du chaton, sur un plan comportemental se passe bien sans risques de développer des troubles.

dyna01

Tout d’abord, l’arrivée d’un chaton ou même d’un chat adulte ne se fait pas sur un coup de tête sans préparation. Dans un premier temps il faut que le chaton s’habitue à votre odeur avant même de venir chez vous. Une ou plusieurs rencontres sont donc indiquées mais surtout laissez à disposition du futur chat de vos rêves un tissus avec votre odeur, celle de tous les membres du foyer, mais aussi des copains à 4 pattes, chats, chiens, lapins, rongeurs et autres oiseaux. Cela permettra au chat de bien se familiariser avec ces nouvelles odeurs, sans pour autant stresser, sa maman ou son foyer actuel le réconforteront et éviteront un stress intense. Si vous avez un ou plusieurs autres chats à la maison, faite de même en apportant l’odeur du futur copain de jeux.

 


Chatterie-Molsiamois 0290

 

 

Une fois les odeurs bien assimilées de part et d’autres, le chat en arrivant dans sa nouvelle maison ne se sentira pas perdu totalement. Il lui suffira de faire connaissance avec la configuration des lieux et de déposer son odeur sur quelques arrêtes de meubles pour être chez lui. Mais il n’aura pas peur de vous, du chien, et de votre fils aîné !

Il faudra bien entendu attendre le sevrage psychosocial pour prendre le petit, dans la mesure du possible, cela vous évitera bien des soucis à l’avenir…

Visnu v (1)

Le jour J est arrivé on va chercher Minou ! On prévoit avant le départ de fermer toutes les pièces auxquelles le chat ne devra pas avoir accès. Inutile de le laisser explorer la chambre du petit dernier s’il n’a pas le droit d’y entrer par la suite. On met un peu de lavande dans la caisse de transport qui l’amènera afin de le déstresser pendant le trajet. On prépare ses coins et ses futures affaires.
Si possible prenez un tissus avec les odeurs de sa mère et des autres chatons cela le réconfortera si dans les jours à venir il cherchait sa mère en miaulant il se consolerait avec ce tissus.

05 Emir Sael de l'Aurore Australe

Une fois le chaton arrivé à la maison, on ouvre la caisse de transport, et on laisse le chat en sortir seul. Ne le sortez pas, ne l’isolez pas non plus dans une petite pièce le temps que… ce ne serait que du stress et retarder son intégration.
Tentez de le laisser sortir et agir à sa guise le plus possible s’il se sent trop observé ou si vous le suivez partout, cela le perturbera. Une fois bien sorti de sa caisse et qu’il se déplace bien, montrez lui la place de sa gamelle, de son eau, de sa litière et de son panier. Il prendra plus facilement ses repères. N’essayez pas de précipiter les choses, il a des choses des coins et des recoins à découvrir, avant de venir ronronner sur vos genoux. Chaque chose en son temps ! N’oubliez pas, le chat est un animal territorial, de ce fait son nouveau territoire est sa nouvelle priorité, même si vous avez envie de le prendre dans les bras de la câliner, retenez vous il saura venir à vous quand il se sentira à l’aise dans sa maison.

Eden et Ceva-copie-1


Si vous avez d’autres chats ou animaux, laissez les venir au nouveau en tentant d’intervenir le moins possible pour éviter de futurs conflits.
Si votre chat pourra sortir librement à l’extérieure de la maison, ne le laissez pas le faire tant qu’il n’est pas habitué à vous et à répondre à vos appels. Découvrir un nouveau foyer et l’extérieur en même temps serait perturbant !
Voilà, vous avez les clés de la réussite pour que tout se passe bien, alors à part vous souhaiter beaucoup de bonheur ensemble.

 



Marie-Hélène Bonnet
www.comportement-chat.com

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai- Marie-Hélène

Publié dans #Le Comportement

Repost 0