Publié le 31 Octobre 2012

Comment bien choisir son thérapeute comportementaliste ?

pre salem

 

Dans notre société, nous nous entourons de plus en plus d'animaux de compagnie.

L'attention et l'amour que nous leur portons nous font parfois oublier leur vraie nature. De ce fait, nous leur donnons une place et une éducation qui peuvent leur faire perdre leurs repères. De là peut naître une anomalie du comportement.

Nos attentes à leur sujet peuvent aussi créer un trouble. Soit cette attente n'est pas perçue, soit elle est au-dessus de leurs capacités. Un animal reste un animal et ne peut être comparé à un humain, surtout dans son éducation.

Pour cela, on peut avoir recours à un comportementaliste, un psychologue du chat.

La plupart du temps, une étude de l'éducation et du mode de vie, une modification d'attitude de la part du ou des maître(s), suffisent à faire revenir les choses à la normale.

14761 1175576868374 1196667154 30440950 4839622 n

Les premiers pas vers ce retour à la normale est l'acceptation par le maître de ses erreurs, et le plus difficile du travail est bien là ! (j'en sais quelque chose, quand j'ai fait appel à une comportementaliste pour mon chien il y a quelques années, je refusais d'admettre que ma façon de faire pouvait être la cause de mes problèmes relationnels avec mon chien). Une fois cela admis, le rapport maître/animal peut reprendre un cours acceptable et plus vivable pour tous sans pour autant moins aimer son chat, ou passer moins de temps avec lui, au contraire même ! Ce moment redevenu agréable pour tous, se prolongera.

Vous pourrez alors partager de nombreuses années de bonheur et d'amour dans le respect du mode de vie de chacun.

 a

Beaucoup de comportementalistes du chat sortent d'écoles spécialisées. Ces écoles proposent des cours sur 2 années, principalement basés sur le mental du chien, puis en fin de deuxième année, on étudie quelques jours le chat.
Les élèves s'installent avec un joli diplôme non reconnu par l'état, et traitent chats et chiens. Ces personnes croyant bien faire, appliquent ce qui leur a été appris, et font énormément de dégâts sur les chats.

J'ai entendu parler d'un confrère qui avait recommandé de frapper un chat malpropre et de lui mettre le museau dans ses excréments. Ça marche très bien sur le chien, mais sur le chat, cela revient à lui dire "tu n'as pas fait assez !" Il va donc s'empresser de recommencer tous les jours. Quel beau résultat pour une centaine d'euros !

 

dyna01

 

On apprend à ces comportementalistes qu'il faut voir en cabinet l'animal pour estimer son état. Sur un chien, c'est parfait, sur un chat, on ne verra rien à part un animal perturbé par le trajet et les odeurs inconnues qu'on lui inflige ! Certains se déplacent, moyennant finances, à votre domicile pour évaluer l'état d'esprit de votre chat : avez-vous déjà vu votre chat en présence d'inconnus agir comme d'ordinaire ? Certainement pas ! Vous avez donc payé pour rien cette visite. Un chat se consulte UNIQUEMENT par téléphone, et après avoir rempli un long questionnaire qui aidera le thérapeute à comprendre le mécanisme du problème et à le démonter pour ramener les choses à la normale.

l


J'ai du intervenir souvent après les ravages commis par ces comportementalistes, qui ne se rendent pas compte de leur incompétence envers le chat, et qui s'imaginent être plus qualifiés parce que détenteur d'un diplôme inutile, coûteux, et non reconnu par les autorités !

tena05


Restons réalistes et remettons les choses à leur place :

- Le vétérinaire soigne le physique de l'animal, il ne connaît en aucun cas son mental et sa façon de raisonner, seule sa physiologie peut être soignée

- Le comportementaliste chiens et chats  a appris comment raisonne un chien, et applique les mêmes théories d'une espèce à l'autre créant ainsi des troubles encore plus importants

 

ursie10

- Le comportementaliste du chat, qui ne connaît que cette espèce, et qui raisonne en "chat", qui vous sortira de votre problème pour 30 à 60 euros maximum, en fonction du nombre de suivis à réaliser, et une étude approfondie du cas de votre chat. Le tout doit être fait par mail, téléphone, et fax uniquement. Un suivi doit être assuré gratuitement après l'élaboration de la thérapie pour vérifier que tout se déroule normalement dans le cadre d’une consultation de base, sans suivis réguliers. Un bilan fait par un vétérinaire pour éliminer toutes causes médicales sera peut être demandé, en fonction du trouble. Il vous sera éventuellement demandé une mise en contact avec le vétérinaire si certaines molécules s'avèrent nécessaires, que lui seul peut prescrire. Des fleurs de Bach, de la phytothérapie ou de la naturopathie peuvent vous être recommandées. En aucun cas de l'homéopathie, réservée aux vétérinaires spécialisés. Attention la phytothérapie et la naturopathie dépendent de diplômes spécifiques, on ne s’improvise pas naturopathe en ayant lu quelques ouvrages sur la question. En effet, prenons l’huile essentielle d’orange, qui calme l’humain et l’apaise, chez le chat elle a des propriétés répulsives. Ce qui fonctionne chez l’humain ne fonctionne pas forcément de la même manière sur les animaux. Il suffit de voir les effets néfastes du paracétamol sur les animaux pour comprendre !

ursiejoue


RESTEZ VIGILANT pour la santé mentale de vos animaux, et pensez à demander à votre thérapeute s'il a un diplôme, s'il vous répond par la positive, ne donnez pas suite !

Un comportementaliste spécialisé du chat a étudié seul, sur recommandation d'un confrère, et a lu des dizaines d'ouvrages spécialisés sur l'éthologie du chat. Il a appris à penser chat, à réagir chat, et à comprendre le problème avant même que vous finissiez de l'exposer !


La plupart des comportementalistes sortent de ces écoles pour chiens.

Ils se regroupent sous un label de qualité afin de se faire valoir, et de se faire croire qu'ils ont la connaissance. Ils renient les véritables thérapeutes du chat. Chaque mois, de nouvelles écoles, de nouveaux labels, de nouveaux regroupements, de nouveaux cours se créent, toujours sans aucune valeur légale, toujours aussi chers, et toujours aussi inefficaces, malgré quelques professeurs de bonne volonté au départ, qui ont succombé aux sirènes du gain !

 

thalie2

Ne vous laissez pas abuser.


Un thérapeute pour votre chat peut se trouver à des centaines de kilomètres, il ne doit pas y avoir rencontres, il est donc inutile de chercher près de chez soi.


J'interviens trop souvent après ces soi-disant spécialistes, les personnes sont sceptiques en me contactant, pensant que nous sommes tous des charlatans... Une dame une fois m'a dit qu'elle avait consulté 3 fois, que nous n'étions que des charlatans, et qu'elle voulait voir ce que "j'allais sortir comme ânerie pour calmer son chat". J'ai accepté, et 2 mois plus tard, je recevais une boîte de bonbons avec une carte de remerciements : j’avais résolu le problème !

 

verlaine


Pour résumer, il faut trouver une personne avec qui le courant passe bien. Une personne que l’on peut appeler par son prénom sans la vexer. Personnellement, je préfère qu’on m’appelle par mon prénom, cela établit un lien qui peut être très bénéfique pour le chat. Les rares fois où les gens m’appelaient madame, malgré mon insistance, nous avons mis plus de temps à sortir le chat de son problème. Ne pas hésiter à confier le moindre petit détail même insignifiant au thérapeute, cela peut être un signe important ! Appelez toujours le thérapeute avant de régler la consultation, demandez des explications sur le déroulement, sur les possibilités de sortir le chat de son trouble, et sur le temps que cela peut prendre (une fourchette). Si la personne hésite, ou au contraire répond trop vite (par exemple, en 12 jours cela sera réglé), méfiez-vous. On doit pouvoir répondre, même si cela reste approximatif à cause du contexte, du caractère du chat et du fait qu’aucune étude n’a été faite, à vos questions. Prenez votre décision quand vous êtes en possession de tous ces éléments !

 

z

 

Marie Hélène Bonnet

Comportementaliste du chat spécialisée dans les Fleurs de Bach et la nutrition

  04 68 40 61 50

  06 25 82 48 79

 www.comportement-chat.com

Agrément préfectoral SA0400NP300 (Préfecture de l'Aude) SIRET 48870584900013

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #Le Comportement

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2012

Les exploits et les éclats du chat !

 a

Le chat est le champion de l'exploit car il sait se servir des ses pattes avec intelligence. Qui n'a pas entendu l'histoire prodigieuse d'un chat perdu, qui après avoir parcouru des kilométres, retrouve son domicile.

Et encore? Le chat posséde-t-il une perception extrasensorielle, un sixième sens ou la notion du temps? A voir certains de ses comportements, on serait tenté de le croire.

 e

Périodiquement les médias nous rapportent les aventures d'un chat qui auraient parcouru des kilométres pour retrouver son maître. Les récits foisonnent. L'un deux m'a particulièrement touché. Il s'agit d'une petite chatte blanche aveugle qui parcourut 25 kilomètres pour retrouver sa maîtresse! Amado appartenait à une vieille fermière provençale qui, se croyant près de mourir, l'avait confiée à une amie. Quinze jours plus tard, la fermière entend des gémissements devant sa porte. Elle ouvre et reconnaît une Amado, amaigrie, toute crottée et les pattes en sang…

 

Le tableau émouvant des retrouvailles entre un chat amaigri et son maître ouvre la porte à toutes sortes de spéculations. Comment le chat est-il capable de retrouver son territoire? Sur une courte distance, on peut croire que le chat utilise une mémoire associative (odeurs ou bruits familiers) pour se guider. Par essais et erreurs, il finit par se retrouver. Mais quand la distance devient impressionnante, comme Sugar qui parcourut 2400 kilométres pour retrouver ses maîtres en Oklahoma, on ne comprend plus. Et l'on comprend encore moins lorsque le chat, tel Sugar, rejoint ses maîtres en un lieu ou il n'a jamais été!

 

Existerait-il une télépathie entre le maître et le chat? Les anciens egyptiens le croyaient et certains chercheurs tentent aujourd'hui de le prouver.

Selon Desmond Morris, il chat posséderait une sorte de boussole biologique. Il semblerait que des particules de fer, naturellement présentes dans les tissus animaux réagissent à l'attraction magnétique terrestre, ce qui permettrait au chat de s'orienter. Une chose est certaine toutefois, le chat, poussé par l'amour qu'il porte à son maître, n'hésitera pas à braver bien des périls pour le retrouver!

 

Un autre grand mystère entourant le chat est sa faculté de pressentir les tremblements de terre. Certaines explications scientifiques proposent un mécanisme biologique par lequel le chat détecte l'activité sismique précédant le tremblement de terre, ou l'électricité statique développée à ce moment là, ou les deux.


Et qu'en est-il de la mort? Un chat pressent-il sa propre mort? Certains disent avoir retrouvé mort leur chat qui, le soir précédent, avait réclamé avec insistance une caresse prolongée... Il semblerait aussi que le chat ressentirait la mort prochaine d'un être humain. Dans les hôpitaux, on assure que les chats vont sur les lits des malades qui succomberont le lendemain.

Une chaîne américaine a diffusé cette année un documentaire sur un centre pour vieillards ou résidaient quelques chats. Parmi eux, une chatte dénommée Smokey appréhende la mort des vieillards plusieurs jours avant qu'elle ne survienne. Elle restera immobile dans le lit du mourant et l'accompagnera jusqu'à la fin! Et si un vieillard est très malade, Smokey restera avec lui tant qu'il ne se portera pas mieux. Touchant non?

Et que dire d'un chat vivant à Paris dont le maître était à l'hôpital qui se mit à « hurler » vers 3 heures du matin. Or son maître mourait au même moment... par la suite le chat refusa obstinément d'entrer dans la chambre qu'occupait son maître.

Le chat posséderait également une horloge biologique interne. Ne vous est-il jamais arriver de voir votre chat vous attendre à la fenêtre? Moi si, à chaque fois que je tarde de rentrer à la maison... Mais de là à pouvoir dire que le chat est conscient d'avoir passé une journée entière à attendre le retour de son maître, cela reste encore à déterminer.  Certaines expériences tentent toutefois à démontrer que le chat serait capable d'apprécier le temps écoulé lorsqu'il s'agit d'un court intervalle.

Le chat nous intrigue par ses comportements encore inexpliqués mais il nous émeut aussi par ses exploits. Et le plus extraordinaire d'entre eux est sans conteste le dévouement! Que pensez-vous de l'histoire de Poucette qui sauva ses maîtres (prisonniers d'un camp japonais) d'une mort certaine en leur apportant chaque jour du gibier?

Ou encore, l'histoire de Scarlet, chatte héroique demeurant à New-York, sauvée par un pompier en 1995. Lors d'un incendie, la chatte avait récupéré ses chatons un à un d'un immeuble en flammes. Elle eut le visage et le ventre brûlés au troisième degré. Pour une fois les média ont eu le beau rôle! Leur campagne médiatique émut la population qui organisa une collecte et Scarlet fut sauvée et adoptée.... toutefois son visage est demeuré atrocement déformé...

Il y a aussi l'histoire d'un autre chat résidant au états-Unis qui, dés la naissance du bébé de la famille, s'était octroyé le rôle de gardien. A toutes les nuits, sans relâche, le chat veillait sur la petite fille. Une nuit, son guet a sauvé la vie du bébé. Celui-ci était pris de convulsions et le chat réveilla les parents qui purent amener le bébé à l'hôpital à temps et le sauver! Encore aujourd'hui, le chat veille sur la petite fille qui doit avoir quatre ou cinq ans...

 

Pour tous ces comportements hors du commun, plusieurs hésitent encore à accepter une explications rationnelle, préférant adhérer au surnaturel. Ce sera à la science de clore le débat et peut-être établir une vérité plus étonnante encore que le surnaturel avec toute sa magie… La réalité ne dépasse-t-elle pas toujours de loin la fiction?

 

r

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 7 Octobre 2012

Histoire extraordinaire de Noël : Emily, la chatte globe-trotter

 

 j.jpg

 

Appleton, Wisconsin. Emily est une chatte tigrée. Elle partage depuis un an une petite maison avec Nick, un garçonnet de 9 ans, et ses parents, les McElhiney, à proximité de la Fox River, un fleuve qui va se jeter dans le lac Michigan, 70 km plus loin.

Pour Emily, les abords de cette « rivière du renard » sont un terrain de jeux idéal. La petite chatte ne se contente pas de parcourir les friches environnantes, elle s’aventure souvent sur les entrepôts de la Fox River Paper Co, une fabrique de pâte à papier qui occupe un territoire immense. Elle n’est pas la seule d’ailleurs et, en compagnie de quelques dizaines d’autres chats plus ou moins sauvages, ne se lasse pas d’en explorer le moindre recoin à la recherche de ses friandises préférées, les souris, qui pullulent dans le secteur.

Un jour, l’une d’elles vient narguer Emily en sautant d’une poubelle à quelques centimètres de ses moustaches. La petite chatte se lance alors à sa poursuite… jusque dans un énorme conteneur rempli de monstrueuses bobines de papier entre lesquelles la bestiole réussit à se faufiler. Impossible de la suivre, le passage est trop étroit mais Emily, qui sent bien que d’autres souris sont tapies là, tout au fond, a flairé l’aubaine. Poussées par la soif, les proies sortiront à un moment ou à un autre de leur cachette. Emily est patiente, et la seule issue de secours passe… entre ses griffes !

Ce dont elle ne se doute pas, c’est que ces grosses bobines sont en partance pour le bout du monde. Au petit matin, le conteneur est scellé, soulevé par une grue et déposé sur un wagon de chemin de fer. Emily n’a pu sortir à temps.

Dès le lendemain, sa prison est embarquée sur le City of Luxemburg, un cargo porte-conteneurs de 250 m de long à destination de l’Europe. Rotterdam, Bruxelles, puis enfin Pompey, une petite bourgade à une dizaine de kilomètres au nord de Nancy.

Le périple va durer 3 semaines… deux ou trois souris, compagnes de cellule d’Emily, ne sortiront pas vivantes de l’aventure, mais lui permettront d’en réchapper.

À Appleton, le soir de la disparition d’Emily, Nick n’a pas perdu de temps. Il a filé au refuge pour animaux, là où il a l’habitude de récupérer sa fugueuse de chatte. En vain. Emily n’est pas là. Les jours passent et l’inquiétude s’installe. Chaque jour, le garçon sillonne à vélo le quartier et les terrains vagues environnants. Chaque jour il pose des affiches avec la photo d’Emily sur tous les supports possibles, murs, poteaux, voitures… aucune nouvelle.

C’est en semaines, désormais, que Nick compte le temps qui s’écoule depuis la disparition. Une… deux… trois semaines. Le découragement commence à s’installer quand, un jour, le téléphone sonne. Au bout du fil, une voix féminine explique avec un fort accent français qu’elle est chargée de l’export dans la société Raflatac SA, fabricant d’étiquettes adhésives près de Nancy. Elle a une bonne et une mauvaise nouvelle à annoncer : Emily est vivante, amaigrie mais en bonne santé (cris de joie et soupirs de soulagement chez les McElhiney !). Le seul problème est qu’elle est en France, à plus de 7 000 km d’Appleton ! C’est en ouvrant l’un des conteneurs en provenance du Wisconsin que les employés de son entreprise ont découvert la chatte. « Elle s’est précipitée dans leurs bras », continue la jeune femme, « elle n’avait plus que la peau sur les os mais, visiblement, elle manquait aussi de câlins. Elle est restée sur leurs genoux jusqu’à ce qu’un vétérinaire la prenne en charge. Comme elle portait un collier avec son numéro d’identification et le numéro de téléphone de son vétérinaire aux États-Unis, nous avons pu l’appeler. C’est lui qui nous a donné votre numéro de téléphone… ».

Emily est retrouvée, mais l’aventure n’est pas terminée. Son rapatriement ne s’avère ni très rapide ni très simple à mettre en oeuvre. Il est impossible d’envoyer aux États-Unis un animal vivant sans de multiples formalités, même pour une star ! La presse, de part et d’autre de l’Atlantique, a fait ses choux gras des pérégrinations de la chatte globe-trotter. C’est maintenant une célébrité aux yeux du public. « De toute façon, si un rapatriement n’avait pas été possible, nous l’aurions adoptée », assurent les employés de Raflatac.

Mais tout va bien, Nick va donc récupérer Emily, même si sa patience est mise à rude épreuve. Ce n’est qu’après trente jours passés à la fourrière de Nancy qu’elle sera réellement libre de regagner Appleton. Le temps pour les responsables du refuge de la vacciner et de prendre contact avec les autorités américaines pour faire en sorte que l’animal soit accueilli sans souci dans son pays.

De leur côté, les McElhiney s’inquiètent du moyen de transport. Pas de bateau cette fois-ci, la chatte prendra l’avion mais peut-elle rentrer seule, en soute, ou doit-elle être accompagnée ? Et qui va payer le billet ? Les employés de Raflatac, eux, se déclarent prêts à se cotiser.

Une autre solution est rapidement trouvée : Continental Airlines offre un billet en Business First. « C’est une histoire si merveilleuse que nous voulions en être », explique le porte-parole de la compagnie aérienne qui s’offre une excellente publicité en prenant en charge le transfert.

Les vacances lorraines d’Emily touchent à leur fin. Elle s’est refait un poil brillant au chenil de Velaine-en-Haye. L’établissement, flatté d’avoir recueilli une vedette internationale, ne facturera pas son séjour, lui non plus. Quant aux employés de l’entreprise Raflatac, ce n’est pas sans un pincement au coeur qu’ils voient partir celle qui est devenue la mascotte de l’usine.

Contrairement au voyage aller, le retour est des plus confortables : en voiture jusqu’à l’aéroport de Roissy-Charles-de- Gaulle. Puis sur les genoux de George, un agent de la Continental rentrant de vacances et devenu son accompagnateur d’un jour sur le vol CO57 à destination de New York. Après une escale de quelques jours, Emily peut enfin s’envoler pour Milwaukee et reprendre une vie « normale ».

« Elle a l’air plus tranquille. Elle a mûri », commentent les parents de Nick en reprenant possession d’Emily devant les nombreux journalistes venus l’accueillir à l’aéroport.
Heureux qui, comme Emily, a fait un beau voyage…

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Belles histoires

Repost 0