Publié le 10 Avril 2014

C'est en compagnie des Vikings, marins solitaires, que les chats norvégiens firent voilent vers la côte occidentale de l'Amérique du Nord. En 1620, les Puritains séparés de l'Église prirent la mer avec le Mayflower qui aborda deux mois et demi plus tard les côtes américaines. Bien sûr, les chats faisaient partie du voyage. Voilà donc notre petit félin devenu un pionnier aux pattes de velours. cat pirate

En fait, depuis des siècles les chats se sont retrouvés à bord des bateaux. Bien que l'espace fût réduit à bord des navires, il était de tradition d'emporter un ou plusieurs chats. Les rats qui hantaient les cales étaient une trop grande menace, et encore une fois, le chat vint donc à la rescousse de l'homme.

  Toutefois, le rôle du chat sur le navire ne se limitait pas à exterminer les rats... Il comblait aussi la solitude des marins et les déridait avec ses cabrioles. Ainsi, contre "gîte et couvert", le chat rendait des services inestimables aux armateurs si bien que les compagnies d'assurances refusaient de rembourser les dégâts provoqués par les rongeurs s'il n'y avait pas un chat à bord!

 Malheureusement la chasse aux rats n'était pas un sport de tout repos! Il arrivait que la vie du chat soit en danger lorsque les rats pullulaient. Le chasseur enfermé dans la cambuse pour y accomplir sa tâche était parfois la proie des rats qui le dévoraient! En règle générale, toutefois, le chat s'en sortait indemne et s'il tuait les rats il évitait de les manger (pas bête!).

  Plusieurs anecdotes sur les chats de bateaux sont amusantes. Par exemple, on dit qu'un jour un officier ayant débarrassé un chat d'un hameçon accroché à ses babines se vit, dès lors, offrir tous les jours les proies qu'attrapaient le minet reconnaissant. Pour le capitaine jusqu'au mousse, le chat était un compagnon fidèle. En fait rien n'était trop beau pour lui et il jouissait de bien des privilèges et de caresses.

 Lors des escales, le chat était autorisé à quitter le navire pour la terre ferme, tout comme les marins. Toutefois le chat ne regagnait pas toujours son bateau d'origine, il préférait quelquefois changer de bord pour une cuisine plus fine.  

Comme on le sait, on a attribué au chat des pouvoirs psychiques et bien sûr, les marins n'y ont pas fait exception. Il est vrai toutefois que plusieurs ont observé des comportements assez étranges qui peuvent laisser croire que notre petit félin pressent les catastrophes.

chat-bato-da-carte.jpghttp://free-vol.net/index.php?cID=les-chats-en-bateau

Par exemple, un chat vivait à bord de Joyita depuis plus d'un an. Un jour lorsque le Joyita s'apprétait à lever les voiles, le chat apparût sur le pont et s'empressa de retourner à terre. Deux mois plus tard, le navire disparût dans la mer Fiji.

Les chats toutefois ne se sortent pas toujours indemnes des naufrages. Durant la deuxième guerre mondiale, vivait un chat noir qui semblait parfaitement heureux sur le navire anglais Tara.  Un jour, le chat devint nerveux et sauta du bateau en pleine mer. L'équipage qui craignait que le chat se noit, récupéra le minet et le ramena à bord malgré ses protestations. Deux semaines plus tard, le Tara fût torpillé et le chat, enfermé dans une cabine, sombra avec le navire.

 Mais les chats ne désertent pas toujours les navires pour cause de catastrophes. En 1903 à San Francisco, une chatte avait mis bas et installé sa portée sur une jetée du port. La chatte était sur le bateau lorsque celui-ci appareilla. Ne voulant pas abondonner ses petits, elle se jeta à l'eau et nagea plusieurs centaines de mètres pour les retrouver. Heureusement l'équipage d'un autre navire prit toute la famille à bord...


 Sans aucun doute, le vocabulaire des gens de mer témoigne de l'importance qu'il accordait au chat.  Le terme "chatte" désigne une sorte de petit bateau à fond plat. Lorsque le vent tourne, on surveille les "sauts du chat". Les marins désobéissants subissent le supplice du "chat à trois queues" (fouet à neuf lanières).  Les marins anglais, quant à eux, ont un vocabulaire félin très riche : la coursive du bateau n'est autre que la "promenade du chat" (cat's walk), une brise légère, une patte de chat (cat's paw).

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #L'Histoire des chats

Repost 0

Publié le 4 Avril 2014

Dans les campagnes comme pour les marins, la tradition veut que le chat ait des dons en matière de prévisions météorologiques.

À vrai dire, le chat, considéré comme un baromètre marin, a su se faire respecter des gens de mer, au point d'en devenir leur mascotte. Le chat et la mer, une curieuse combinaison pour un animal réputé détester l'eau? Qu'importe, il semble que notre petit félin a le pied marin... ou enfin, les pattes!

Le chat, comme le chien, fait partie des animaux auxquels les traités populaires de météorologie ont accordé le plus de facultés en matière de prévisions. En fait, les liens entre le chat et la météo ne datent pas d'hier! Dans certaines civilisations lointaines, le chat entretient avec la sécheresse des relations privilégiées...

chat-grenouille.jpg

Par exemple, au Cambodge, il existe une coutume qui consiste à promener un chat en cage de maison en maison afin d'obtenir que la pluie vienne. Chaque villageois arrose copieusement le chat, dont les cris émeuvent Indra, déesse de la pluie.

En France, le chat est censé prévoir le mauvais temps de diverses manières: il recherche la proximité du feu, il mange de l'herbe... ou encore lorsqu'en octobre le chat allonge ses pattes arrière pour tirer en bas ses oreilles, il appelle la neige!

De toute façon, chacun le sait (sourire), il suffit d'observer un chat faire sa toilette pour savoir le temps qu'il fera! Si le chat passe la patte sur son oreille, c'est que la pluie est proche, s'il évite de se frotter le nez ou ronronne spontanément, le soleil est au rendez-vous… Cette météorologie féline n'est peut-être pas aussi précise que celle de Météo Média mais elle a le mérite d'être pittoresque!

chat-meteo.jpg

Mais, s'il est un domaine où les dons de notre chat-météo ont été particulièrement mis à contribution, c'est celui des marins et des gens de mer. Qu'il fût sur le navire ou à terre, le chat était toujours observé pour anticiper la température. Et dans ce domaine, certaines croyances frisaient la superstition!

Par exemple, selon les matelots, jeter un chat à la mer déclenche invariablement un orage ou un ouragan. Ou encore, bien qu'entourés de chats, les marins évitaient de prononcer le mot de peur d'attirer les catastrophes. Rêver d'un chat était le signe d'un lendemain de grands vents...

 

La semaine prochaine, retrouvez la suite de l'article, "Le chat et la navigation".

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #L'Histoire des chats

Repost 0