Les origines de la superstition liée au chat noir par Sonia

Publié le 17 Août 2012

Les origines de la superstition liée au chat noir

 

01

 

La crainte du chat noir est étroitement liée à une période complexe de l'Histoire qui fut
nommée
La chasse aux sorcières...

 

02


Cet animal, domestiqué en Égypte vers 3000 av. J.C, fut longtemps divinisé et protégé.
Voir un chat traverser le chemin devant soi était alors de bon augure. Lorsque les Grecs découvrirent cet animal, ils lui attribuèrent le nom de
galê. Les Romains l’appelaient felis(pensez à félin, félidé, etc.) ou cattus, issu du latin cattire, "guetter".

Certaines légions romaines arboraient même l’effigie de cet animal sur leur bannière, symbolisant l’indépendance. Le poète grec Aristophane (Ve siècle av. JC) cite, lui, le fructueux commerce du chat au marché d'Athènes.

 

 

 

03



Les chats se propagèrent dans toute l’Europe au cours des conquêtes romaines, évinçant les genettes, ancêtres du chat en Europe, aujourd'hui en voie d'extinction.

 



Il fallut attendre le IVe siècle après J.C. et la disparition des cultes païens pour que cet animal soit ramené à son rôle de chasseur de vermine, et ce n’est qu’en 1175 que le mot
chatpasse dans la langue française. Il remplace alors cattuset autres termes latins. Remarquons que cattusest à l'origine du mot chatdans plusieurs langues : cat (en anglais), katze(en allemand), kat(en néerlandais) gato(en espagnol et en portugais), gatto(en italien).

 

04



LE CHAT NOIR

La crainte du chat, surtout du chat noir, apparut dans l’Europe médiévale au XIIIème siècle, et plus particulièrement en Angleterre.

 



Le christianisme imprégnait alors toutes les couches de la société européenne. Au début du XIIIe siècle, l’Eglise était en pleine lutte contre les sectes hérétiques (Cathares, Vaudois, Albigeois, Béguines, etc.) et voit apparaître de nombreuses sectes pratiquant sorcellerie, magie noire et satanisme.

Or, dans les cérémonies de magie noire au moyen âge, le chat noir jouait un rôle particulier : il était la victime qu’on offrait en sacrifice au diable. Les adeptes du satanisme considéraient pour leur part que le diable s’incarnait en chat noir : l’animal était ainsi adoré par les disciples au cours des rituels.

 

 

05



Sorciers et sorcières furent également associés au chat noir. Les sorcières s’entouraient de chats et prétendaient partager avec leur animal les pouvoirs que leur accordait le diable (une croyance voulait que la sorcière soit capable de se transformer en chat neuf fois).
Sorciers et sorcières se réunissaient lors des "sabbats", des cérémonies nocturnes présidées par le démon, incarné en grand chat noir. Des orgies y avaient lieu ; des enfants y étaient amenés et utilisés pour les rituels.

 



Au-delà des frontières françaises, en Écosse, se pratiquait le rituel du "taghairm" : on offrait au diable des chats noirs qu’on embrochait et faisait rôtir vivants. Attiré par les hurlements des malheureux, Satan apparaissait sous la forme d’un chat et exauçait les vœux des participants ...

Hérésies et cultes païens représentaient un danger pour le christianisme, la stabilité politique du Royaume et l’ordre social. Les sérieuses rumeurs d’enfants enlevés et sacrifiés au cours des rituels sataniques, les actes sacrilèges et blasphématoires commis par les sectes contre les symboles chrétiens et la foi chrétienne, ainsi que les liens tissés entre le paganisme et le personnage du chat, inquiétèrent la Couronne et l’Eglise. Ces dernières amorcèrent conjointement une campagne contre la sorcellerie, la magie noire et le satanisme.

A partir de 1229, avec l’assentiment de la Couronne, la lutte de l’Église contre les sectes prend la forme de l’Inquisition, un tribunal organisé par le pape Grégoire IX. Des inquisiteurs étaient chargés d'enquêter, de constater l’hérésie, puis de convertir l’éventuel coupable.
En cas d’échec, le coupable était remis aux autorité civiles qui décidaient du sort de celui-ci.

 

06

 



C’est ainsi que débuta dans toute l’Europe ce qu’on a appelé plus tard
La chasse aux sorcières, une appellation réductrice qui, en réalité, englobait toutes les sectes, y compris les sectes hérétiques. En effet, de nombreux hérétiques, telles les Béguines, pratiquaient au grand jour des mœurs sexuelles scandaleuses impliquant souvent des enfants. D’autres, comme les Vaudois, s’adonnaient à la sorcellerie.

L’association chats/sorcières n’était cependant pas nouvelle. Elle existait avant le moyen-âge.
Ainsi une légende ancienne parlait d’une déesse de l'obscurité nommée Diane, qui aima Lucifer et en eut une fille, Aradia. Lucifer avait un chat. Il envoya sa fille et son chat sur la terre pour enseigner aux hommes la magie noire … De même, dans l’ère pré-chrétienne, le panthéon nordique adorait la déesse Frigga (ou Freyja), devenue sorcière, qui se déplaçait dans un char tiré par des chats.

 

07



Sorcellerie et chats noirs enflammèrent l’imagination d’une partie de la population qui se mit à répandre les croyances les plus folles, lesquelles échappèrent bientôt à tout contrôle et donnèrent lieu à de cruels abus. Ainsi en France, des milliers de chats, noirs et autres, étaient brûlés chaque mois jusqu'à ce que Louis XIII mît un terme à cette pratique barbare.

 

 

08



En l’absence de son prédateur naturel, la vermine proliféra dans toutes les villes du royaume.
Rats et souris grouillaient dans Paris et les grandes villes de France, ce qui permit, pense-t-on, la prolifération de vastes épidémies telles que la peste. Les fermiers qui avaient conservé des chats dans les campagnes s'en sortaient généralement indemnes, les chats ayant tenu les rats à l’écart.

Contrairement à la croyance populaire,
la chasse aux sorcières atteint son apogée non pas au moyen âge mais vers la fin du XVIe siècle. Elle a été la résultante de nombreux procès organisés pendant plus de 300 ans, particulièrement en Europe du nord. Chose curieuse, ce phénomène, qui n’eut eut lieu qu’en Europe, s’épuisa brusquement et simultanément au début du XVIIe siècle dans toute l’Europe.

Si la crainte du chat noir a survécu jusqu’à nos jours, elle s’est fortement affaiblie. Ainsi au Royaume-Uni, le chat noir porte bonheur depuis … la défaite de Napoléon à la bataille de Waterloo, en 1815 ! Une légende britannique raconte en effet que Napoléon, qui était très superstitieux, aurait croisé un chat noir juste avant la bataille. Ce serait pour cette raison que le chat noir porte malheur aux Français et bonheur aux Anglais ...

Quand on voit le nombre de siècles pendant lesquels des chats noirs furent sacrifiés dans de nombreux pays d'Europe, il est surprenant de constater que le gène de la couleur noire a survécu ... A moins que les chats ne possèdent effectivement neuf vies ? :-)

COMPLEMENTS :

• Norman Cohn :
Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen âge.
• Robert I. Moore (professeur d’histoire médiévale):
La Première révolution européenne

 

09

 

 

Source : internet

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article