Articles avec #le chat dans la litterature tag

Publié le 23 Décembre 2012

Ce n’est qu’un chat

 

 01

Je me souviens de cette femme, un soir, qui pleurait... C'était chez des amis. On se donnait des nouvelles des enfants. Elle avait dit simplement : "Mon petit chat est mort". Et elle s'était mise à pleurer... Et, dans un coin du salon, un monsieur avait dit à un autre en haussant les épaules: "Ce n'est qu'un chat, quand même !..."

 

Ce n'est qu'un chat !... Mais c'est immense un chat, vous ne savez pas Monsieur ? C'est immense... Vous n'en avez pas, évidemment, et vous ignorez que l'on peut avoir, lorsqu'il s'en va à tout jamais, autant de chagrin que s'il s'agissait d'un enfant... Aux gens qui n'en ont pas, çà paraît sacrilège... Comment peut-on comparer, n'est-ce pas ?

 

C'est parce que vous ne savez pas Monsieur.

 02

Vous ne savez pas la place que ça prend, un chat dans une vie - ces yeux d'or qui vous dédient un regard d'éternité, cette patte douce qui se pose sur votre main, ces mouvements qui sont la beauté et la grâce et dont chacun exprime une sensation , un sentiment, et cette tête ronde et dure qui se colle à votre tempe pour vous dire je t'aime aussi...

 

Tout cela, Monsieur, vous ne le savez pas et quelque chose vous manque.

 

Mais je ne sais pas si je dois vous plaindre ou vous envier... Parce que vous ne tremblez pas chaque fois qu'il tousse, ou éternue, ou n'a pas faim ; chaque fois qu'il s'est battu et que l'on cherche dans son poil, la trace des morsures et des griffes ; chaque fois qu'il rentre tard et que l'on ne sait pas si, dans la rue, un imbécile, qui roulait trop vite, ne la pas projeté contre un mur, désarticulé, brisé...

 04 SEPT 2011 HEIVA 033

Mais vous ne connaîtrez jamais non plus, c'est vrai, le bonheur d'un amour gratuit partagé. Parce que les chats, Monsieur, c'est tout le contraire de ce que certains racontent : c'est tendre, c'est bon, c'est fidèle, c'est lucide, c'est intelligent, c'est doux et ça vous dit des choses... Tant de choses !...

 

Dors, ma petite Moune, dors... Tu sautais moins bien ces jours-ci... J'ai dit à ta maman : "Il saute moins bien... Il vieillit, peut être ?... Il a hésité dix fois avant de bondir sur le rebord de la fenêtre..."

 

Je ne veux pas y penser. Il sera bien temps... Ce qui doit arriver un jour, c'est vrai pour tout le monde. Mais ça ne nous console pas de le savoir...

 

Alors j'aurais voulu la prendre dans mes bras, cette femme que je connaissais à peine, et qui pleurait, et j'aurais voulu lui dire :

 

"Je vous comprends... Pleurez tant que vous voudrez, pleurez sans vous soucier des autres. Eux ne savent pas et moi si..."

 

 

Philippe Ragueneau

Extrait venant de la série du chat Moune

 

Philippe Ragueneau est un journaliste et écrivain français né le 19 novembre 1917 à Orléans dans le Loiret et décédé le 22 octobre 2003 à Gordes dans le Vaucluse.

Compagnon de la Libération, président fondateur de la 2ème Chaine (ORTF), il épouse en secondes noces la réalisatrice et productrice de télévision Catherine Anglade (1929-1994). Ses récits animaliers sur les chats l'ont aussi rendu célèbre auprès du grand public comme observateur et grand amoureux des chats. Il est également connu pour avoir témoigné d'une communication réelle et tangible avec son épouse défunte.

 

Récits

Le chat Moune

  • L'Histoire édifiante et véridique du chat Moune – Éd. Albin Michel, 1981 (ISBN 2-226-01097-1)
  • Les Nouvelles aventures du chat Moune – Éd. Albin Michel, 1983 (ISBN 2-226-01663-5)
  • Le Grand voyage du chat Moune et autres histoires – Éd. Albin Michel, 1985
  • Le Chat Moune et ses copains – Éd. Albin Michel, 1988
  • Le Chat Moune exagère – Éd. Albin Michel, 1990 (ISBN 2-226-03929-5)

Gros-Mimi et Petit-Lulu

  • Un Amour de chats – Éd. du Rocher, 1991
  • Les 400 coups de Gros-Mimi et Petit-Lulu – Éd. du Rocher, 1992
  • Nouvelles turpitudes de Gros-Mimi et Petit-Lulu – Éd. du Rocher, 1995
  • Le bel été de Gros-Mimi et Petit-Lulu – Éd. du Rocher, 1999

Série Tiburce (fiction)

  1. Tiburce, le chat qui parlait comme vous et moi. Monaco : Éd. du Rocher, 1997. (ISBN 2-268-02572-1)
  2. Tiburce, le chat qui démasqua l'assassin. Monaco : Éd. du Rocher, 2002, 177 p. (ISBN 2-268-04209-X)
  3. Tiburce, le chat qui piégea les terroristes. Monaco : Éd. du Rocher, 2003, 177 p. (ISBN 2-268-04473-4)
  4. Tiburce, le chat qui démêla l'énigme de l'hécatombe. Monaco : Éd. du Rocher, 2003, 177 p. (ISBN 2-268-04618-4)
  5. Tiburce, le chat qui déjoua le piège du gangster. Monaco : Éd. du Rocher, 2004, 144 p. (Grands romans). (ISBN 2-268-05015-7)
  6. Tiburce, le chat qui mit en échec la Mafia. Monaco : Éd. du Rocher, 2005, 177 p. (ISBN 2-268-05469-1)

Autre fiction

  • Ulysse le chat qui traversa la France - Éd. du Rocher, 2000

Merci Laurence;o)

02-copie-1

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 6 Septembre 2012

 

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde

Conte populaire du Vietnam

 

01.jpg

 

Ngoc-hoang, l’empereur de Jade, le dieu suprême des cieux, vivait dans son royaume céleste où il possédait un palais magnifique. Dans le palais il y avait des greniers énormes, débordant de riz et autres denrées. Malheureusement, il y a des voleurs partout, pas seulement sur la Terre, et les voleurs célestes n’étaient pas moins avides et sans vergogne que ceux qui vivent ici avec nous. C’est pour cette raison que l’empereur essayait de trouver un garde pour surveiller ses réserves alimentaires. Il réfléchissait depuis longtemps à qui il pourrait confier une responsabilité si importante.

C’est alors que le nom d’un moindre dieu, Thu-than lui vint à l’esprit. “Oui,” se dit l’empereur, “Thu-than est le meilleur candidat pour ce travail.” Il ordonna immédiatement à son ambassadeur de convoquer Thu-than. Quand Thuthan arriva, l’empereur lui donna un gros trousseau de clés et lui dit: "A partir de maintenant, toi, dieu Thu, tu es le mandarin suprême de tous les gardes impériaux. Mes greniers contiennent suffisamment de grain pour tout le monde, et ils doivent le rester ainsi. Ferme-les tous à clé soigneusement et entoure-les de sentinelles de sorte que pas un seul grain de riz ne soit perdu. Sois sur tes gardes jour et nuit.” Bien que Thu-than n’ait pas été du tout enthousiaste de son nouveau poste, il s’inclina devant l’empereur. “Qu’il en soit fait selon vos désirs, Majesté.”

grenier-a--riz.jpg

Malheureusement, l’empereur avait eu tort de choisir Thu-than. Thu-than n’était pas du tout digne d’une telle responsabilité. Il manquait de tout sens de l’honneur et il était encore plus avide que les voleurs. Il ouvrit les greniers à la fois à ses amis et à ceux qu’il voulait comme nouveaux amis. Il vola du riz pour soudoyer ceux qui l’attrapaient, pour qu’ils gardent le silence. Il apporta du riz aux autres dieux pour les corrompre. Il s’aperçut aussi qu’il pouvait obtenir de l’or et des pierres précieuses en échange du riz, et il vola de plus en plus, afin de pouvoir devenir encore plus puissant et gagner de l’influence.

Alors, un pot ne peut retenir l’eau indéfiniment sans se casser. L’empereur de Jade finit par apprendre la conduite de Thu-than. Il entra dans une rage si horrible qu’il cassa trois vases précieux. Quand les gardes amenèrent Thu-than au trône impérial,

l’empereur se mit à hurler: "Thu, dieu malhonnête! Tu as abusé de ma confiance de la manière la plus honteuse! Au lieu de garder et protéger mon bien, tu m’as volé pour acquérir des amis et des biens. Je ne te veux plus ici dans mon empire céleste. A partir de ce jour, tu vivras sur la Terre à jamais. Je te condamne, Thu, à devenir un tout petit animalI. Tu auras le museau pointu, deux petits yeux noirs, le poil gris et une vilaine queue. Tu devras courir dans tous les sens, jour et nuit pour trouver à manger.”

C’est ainsi que l’empereur de Jade créa la Souris.

 

P1170481-copie-1.jpg

 

Thu-than était changé en souris, mais il n’avait pas compris sa leçon. Bien qu’il ait été expulsé des cieux, et bien qu’il ait été transformé en un petit animal, il continua à voler. Son nouveau petit corps lui permettait de passer dans les fissures les plus étroites et dans les plus petits trous. Il pouvait entrer dans n’importe quelle maison, dans n’importe quel grenier. Il mangeait tout ce qu’il pouvait se mettre sous la dent. Bien qu’il préfère toujours le riz, cela ne lui suffisait pas. Il devint si avide qu’il grignotait les vêtements des gens, les livres, les nattes et les chapeaux de paille, les outils en bois, les sols, les murs – tout ce qu’il trouvait.

 

02


Il ne fallut pas longtemps pour que les gens comprennent qu’ils avaient un nouvel ennemi parmi eux. L’astucieuse petite bête était à peine visible, mais la destruction qu’elle laissait derrière elle était réelle: il y avait de moins en moins de nourriture pour les gens. L’animal au poil gris était impitoyable. Les gens devinrent bientôt si affamés et désespérés qu’ils allèrent voir Thocong, le dieu de la cuisine, pour se plaindre et l’implorer de son aide. "Nous allons mourir," gémirent les gens. "Bientôt il n’y aura plus rien que les souris." Tho-cong réfléchit à la question pendant un moment. Puis il dit: "Bon, je vais aller voir l’empereur de Jade le jour du festival du Tet, pour lui faire un compte-rendu de nos dires. Je lui parlerai de vos problèmes et je lui demanderai de rappeler Thu-than à l’empire céleste.

Sunset-Temple-at-Ayutthaya.jpg

Tho-cong s‘agenouilla devant l’empereur dans le palais impérial, les yeux respectueusementt baissés. Il présenta son rapport, et plaida pour le retour de Thu-than. L’empereur secoua la tête. "Quoi, faire revenir ce voleur dans mon empire? Et le laisser m’appauvrir par la même occasion? Non et non, je ne veux même pas penser qu’il puisse m’approcher.”

Mais le dieu de la cuisine persista. "Ayez du coeur, seigneur céleste, vos greniers ont toujours été infiniment pleins et ils le sont toujours. Mais l’ homme? Il est pauvre. Il est debout du matin au soir, travaillant dur malgré la chaleur du soleil, malgré le froid de la pluie, peinant dans les champs pour se nourrir et faire vivre ses enfants. Si vous laissez Thu-than sur la Terre, mon seigneur, le jour viendra où il y aura tant de souris qu’il n’y aura plus un seul grain de riz pour l’homme. Où l’homme ira-t-il chercher sa subsistance? Les gens mourront et toute la Terre

sera dévastée et déserte.”

Ngoc-hoang fronça les sourcils et réfléchit un moment. "Tu as raison, Tho-cong. Les souris doivent arrêter de piller les greniers de l’homme, mais je ne veux pas non plus de Thu-than ici.

03

Peut-être que j’ai trouvé la solution. Tout le monde connaît la haine profonde qui existe depuis toujours entre Thu-than et Meo-than. J’enverrai Meo-than sur la Terre aussi. Je l’y enverrai combattre Thu-than partout où il le verra. Je donnerai à Meo-than toutes les armes dont il a besoin. Je lui donnerai un corps rapide et des muscles forts pour attraperThu-than facilement.

Je lui donnerai des griffes puissantes pour agripper Thu-than. Je lui donnerai la vue perçante pour pouvoir voir Thu-than dans la plus noire des nuits. Et je lui donnerai des dents acérées pour pouvoir manger toutes les souris qu’il attrape.

Et c’est ainsi que l’empereur de Jade créa le Chat.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 14 Août 2012

Du bon Citations :

-> « Tornade, cyclone, volcan… le siamois n’est jamais comparé à un phénomène naturel évoquant la douceur et le calme ! Mais c’est pour cela qu’il est aimé ! »

 

-> Raison du strabisme fréquent chez le siamois : « On raconte (…) que l’un d’un aurait été autrefois chargé de garder un vase précieux. Très consciencieux, il se serait tellement concentré sur sa mission qu’il se serait mis à loucher… »

 

-> « Le chartreux est la seule race de chat français. (…) Un chartreux que je connais est tout rond, tout doux, il a un physique en harmonie avec son bon caractère. C’est un chat calme et sociable (…). »

 

 z-copie-1

Le livre :

-> Titre : 1001 secrets de chats, pour mieux les connaître et bien s’en occuper, du chaton au vieux matou…

-> Auteur : Isabelle COLLIN

-> Publication : Prat Editions

-> 14€90 chez tous les bons libraires !

 

Description :

-> Vous me direz « encore un livre sur les chats, ma bibliothèque en est pleine alors pourquoi en prendre un nouveau ? » Je vous répondrai donc ainsi : ce livre n’est pas comme les autres !

 

Ici, l’histoire vous sera contée par un gentil chat de maison. De sa naissance et son sevrage, jusqu’au générique de fin de sa belle vie, en passant par son éducation, ses soins ou encore sa sécurité (extérieur et intérieur), il saura tout vous dire dans les moindres détails.

 

Pour moi, passionnée de lecture et de chats, lire cet ouvrage a été un véritable plaisir ! Il ne m’aura fallu qu’un week-end de « farniente » pour le dévorer ! Alliant véritables informations utiles sur votre chat, et anecdotes amusantes (cf l’origine du strabisme chez le siamois), ce livre est agréable, facile et amusant à lire ! Je le conseille à tous les amoureux des chats, et notamment à ceux qui auraient déjà lu cet autre ouvrage donnant la parole au chat « comment domestiquer son maître quand on est un chat »

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Aurélie

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 14 Juin 2012

Le chat et la musique

 

zz

 

Chat et chant, deux mots qu'une seule consonne distingue… Le chat est prédestiné à la chanson! Troubadours et ménestrels fredonnent le mot chat sur tous les tons. Et bien sûr, c'est la femme qui l'accompagne le plus souvent. Nos chansonniers n'ont pas dérogé à cette tradition. C'est Brassens qui chante "Quand Margot dégrafait son corsage / Pour donner gougoutte à son chat". Non seulement le chat tient une place dans la chanson mais n'est-il pas lui-même un musicien avec ses rorons et ses miaulements?

Le chat a, sans aucun doute, fait à l'homme le don de sa musique. Notre petit félin est un bavard qui dispose de 63 sons différents (ou notes) pour s'exprimer! Qui n'a pas entendu les vocalises discordantes des chattes en chaleur les soirs de pleine lune?

Musicien le chat? Bien sûr. Son corps vibrant d'un doux ronronnement, plus précisément sa gorge nantie deux paires de cordes vocales, ne rappelle-t-il pas un instrument de musique.

 

Déjà à l'époque des égyptiens, on retrouve des amulettes illustrant un chat jouant du luth.

Le chat est d'ailleurs associé au violon, mais nul ne sait exactement d'ou provient cette association. Entre autres, la langue anglaise utilise le mot "catgut" pour désigner les cordes d'un violon, possiblement la corruption du mot ancien "kitgut" qui servait à nommer un petit violon. Aussi, on peut supposer que certains miaulements du chat s'apparentent au son du violon.

private-chat-basse-img.gif

 

En fait, depuis plusieurs siècles le chat a inspiré l'invention d'instruments de musique. Par exemple, au XVe siècle, on inventa la terrible "orgue à chats". Il s'agissait d'un caisse de bois étroite ou l'on confinait une vingtaine de chats. On attachait alors aux queues des chats des cordes branchées au clavier de l'orgue. Ainsi lorsqu'on jouait, les queues des chats étaient tiraillées et les pauvres bêtes miaulaient! Hélas, pendant plusieurs siècles les cris des chats malmenés semblent avoir amuser les humains. Heureusement, d'autres exemples moins cruels témoignent de l'association du chat avec la musique, entre autres, le "saron" instrument de musique javanais en forme de chat.

 

Aussi, les illustrateurs semblent s'être entichés du "chat orchestre" puisqu'il se retrouve en abondance dans les livres d'enfants et les affiches. Le chat est dépeint tantôt comme chef d'orchestre, ténor ou instrumentiste. A une certaine époque, le gens se déguisaient même en chat pour donner leur performance. Le dernier concert de ce genre fut donné en 1789 à Londres par un Vénitien. Même encore aujourd'hui, le chat demeure un modèle populaire pour illustrer la musique.

 

Que dire du chat du Festival de Jazz de Montréal?

r

Animal favori des musiciens depuis deux siècles, le chat a aussi su poser ses délicates pattes sur le clavier du piano. Scarletti et Liszt composèrent tous deux une "Fugue du chat", Chopin produisit "La valse du chat" au rythme endiablé et malicieux, Stravinsky composa une "Berceuse pour le chat" et Zey Confrey imita un chat courant sur les notes d'un piano dans une pièce de jazz classique "Kitten on the Keys".

Certains affirment que le chat serait également sensible à la musique des humains. Le compositeur Henri Sauguet affirmait que son chat réagissait systématiquement à l'audition d'un morceau de Debussy, et de Debussy uniquement. Lorsque son maître entamait le morceau de musique, le chat accourait pour lui lécher les mains!

 

Théophile Gauthier rapportait également le comportement quelque peu inusité de sa chatte à l'égard des chanteuses qu'il accompagnait. Chaque fois que la partition indiquait un la dièse, la chatte cherchait toujours à s'interposer en posant sa patte sur la bouche de la chanteuse!!

Ami des musiciens, le chat a aussi une place importante dans la chanson. En fait le mot "chat", terme monosyllabique, a précisément inspiré les ménestrels de tous les temps. Il sert de base à la construction de chansonnettes à vocation humoristique que l'on se transmet d'une génération à l'autre. Ainsi dans les colonies de vacances ou les cours de récréation on entend: "Trois p'tits chats, chats, chats / Chapeau de paille…" et cette utilisation ludique du mot chat ouvre la porte à toutes les libertés et plus souvent qu'autrement, le mot chat n'apparaît qu'au premier couplet.

 

Dans la chanson enfantine, le chat peut connaître un destin tragique (comme celui du chat de la mère Michèle) ou être un petit coquin comme le chat de la chanson "Il était une bergère". Dans la chanson populaire, le rôle du chat est plutôt le reflet des moeurs ou si vous préférez, de l'évolution de l'image du chat dans la pensée de l'homme. Nos chansonniers contemporains associent souvent le chat à une image sensuelle et voluptueuse, reliée directement ou indirectement à une femme. On lui reconnaît également son statut d'animal intégré à nos foyers. Notre petit félin ponctue la vie et les événements: "Elles vieillissent à petits pas / De petits chiens en petits chats" chante Brel dans sa chanson Les Vieux.

 

Alors, les chats sont-ils capables d'apprécier notre musique et nos chansons? Il semble que la réponse se trouve dans le langage félin, dont certains sons à fréquence élevée correspondent à certaines notes de la gamme ou à certaines musiques.

Mais laissons le mot de la fin à Yves Duteuil qui sait lire dans les pensées de son chat. Il paraît que celui-ci lui a dit: "Ah! ces humains, ils sont adorables avec leur musique, il ne leur manque que le miaulement!"

 

 

2908a69e.jpg

Source : Internet

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 24 Avril 2012

Aujourd’hui je vais vous parler du dernier livre que j’ai lu : « Un chat médium nommé Oscar ».

 

P3110037

A la lecture du résumé, j’ai été interpellée par le sujet. Ce livre est tiré d’une histoire vraie, écrite par le Dr David Dosa, gériatre et professeur dans l’état de Rhode Island aux USA. Son étude du cas d’Oscar avait fait l’objet d’un article dans le « New England Journal of Medecine » avant de devenir un livre.

A Providence, Steere House est un centre qui accueille des patients atteints des maladies d'Alzheimer et de Parkinson. Les infirmières ont remarqué qu'Oscar, un des chats de l’établissement, effectuait régulièrement des rondes, à l'instar du personnel médical. Mais ce félin est doté d'un mystérieux pouvoir... Il pressent la mort. Aussi, dès qu'il décèle qu'un patient va mourir, se couche-t-il auprès de lui jusqu'à son décès. Le Dr Dosa, prévenu par l’infirmière en chef, est septique, il va donc mener l’enquête.
Si cet étrange don a donné lieu à une nouvelle procédure (l'équipe médicale prévient la famille dès qu'Oscar s'endort au côté d'un malade), il a également suscité le débat chez les scientifiques. Le chat serait-il en effet capable d'identifier l'odeur spécifique de la mort ou serait-il sensible aux infimes modifications physiologiques précédant le décès ?

David-Dosa

Dans cet ouvrage, le docteur David Dosa retrace l'histoire peu ordinaire d'Oscar et livre également ses réflexions sur l'accompagnement des personnes en fin de vie et de leur famille.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 2 Avril 2012

Le chat et les contes

Du coffret doré de l'enfance surgit un chat merveilleux. Compagnon des fées et des gnomes ou ami des sorcières, il nous entraîne dans la ronde d'un monde enchanté, celui de l'enfance.

 a

Les chats ont, en réalité, un rôle modeste dans les contes et le merveilleux. Le plus célèbre d'entre eux est sans contredit le Chat Botté de Perrault. Dans la littérature enfantine, les chats ont plutôt un rôle sympathique. N'est-ce pas que le Chat Botté est le génie protecteur du plus jeune fils d'un meunier. Grâce à son astuce, il transforme son jeune maître, celui-ci devient riche, noble puis épouse sa belle princesse! Ou encore, le malheureux chat de la mère Michel, volé par le père Lustucru pour finir en civet! Et le chat du Bon Petit Henri, de la comtesse de Ségur, qui est son porte-bonheur, son protecteur moral. 

 z

Toutefois, jusqu'à la Première Guerre mondiale, le chat, héros de comptines, devinettes et historiettes apparaît généralement en second  plan.

Humanisé par le costume, le chat garde néanmoins son aspect sauvage. A cause de la déesse Freya et des petits félins tirant son traineau, le chat, noir de préférence, devient dans le folklore et les contes de fées l'ami fidéle des sorcières. Toute sorcière qui se respecte se doit d'avoir un chat… celle d'Hansel et Gretel en possédait un: rusé, grand amateur d'enfant à la broche! N'oublions pas non plus le vilain minet Lucifer dans le conte de Cendrillon…

 e

Dans les traditions populaires, l'aspect mystérieux du chat, voire diabolique, a toujours fasciné les conteurs. Par exemple, dans la Bretagne mythique d'autrefois, ou, le Mardi gras, on risquait de rencontrer Satan et ses serviteurs sous l'apparence de chats. Malheur à qui les rencontrait car ses cheveux blanchissaient sur-le-champ! Et que dire de la Fée Gouttière, chatte mystèrieuse, qui, si vous lui plaisiez lors d'une rencontre dans le Bourbonnais, vous nantissait d'une bourse au contenu inépuisable?

 r

Grâce à la réhabilitation quasi universelle du chat, les matous antipathiques qui peuplaient les contes de notre enfance ont pratiquement disparus… Depuis la fin du XIXe siècle, les animaux, chiens ou chats, sont devenus les compagnons favoris des enfants. C'est ainsi qu'Alice, avant d'être précipitée au pays des merveilles, joue paisiblement avec sa chatte, qu'elle retrouvera de l'autre côté du miroir… ce qui laisse entendre que le simple fait de se lier d'amitié avec un chat nous entraîne dans le monde du rêve.

 

Au début de XXe siècle, on se moque plutôt de la gourmandise proverbiale du chat (et qui peut dire le contraire!!). Les minets se mettront les deux pieds dans les plats et provoqueront bien des catastrophes pour un bol de lait ou un morceau de fromage volé!

Victime pitoyable ou petit futé… méchant sorcier, gentille fée, princesse ou prince déguisé, bien des personnages à pattes et à moustaches peuplent les contes de notre enfance.

 t

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 9 Mars 2012

 

a 

Pour les amoureux des chats…

 

 z

 

« Comment domestiquer son maître quand on est un chat ? »

 

 

 

A quoi ressemble le monde des humains, vu à hauteur de chat ? Tel est le défi que vient de relever avec humour Monique Neubourg en publiant un guide savoureux intitulé « Comment domestiquer son maître quand on est un chat »(Chiflet et Cie, 128 pages, 10 €).

Le livre, on l’aura compris, s’adresse aux chats désireux de cohabiter avec – ou, plus exactement, de tolérer sur leur territoire et de dresser – ces êtres étranges que sont les hommes (femmes et enfants inclus, naturellement), si patauds, si imparfaits comparés à ces créatures élégantes et raffinées que sont les félins domestiques. Théophile Gautier – qui vivait avec plusieurs chats – avait bien raison de les appeler « les tigres des pauvres diables » ; il redéfinissait ainsi une hiérarchie qui tend parfois à nous échapper : les tigres, souverains de la jungle, fut-elle simplement urbaine ou rurale, ce sont eux, tandis que nous nous limitons au rôle de pauvres diables, il faut bien nous faire à cette réalité…

 

En vingt chapitres au ton résolument décalé, cet essai nous en apprend autant (et probablement davantage) sur nous-mêmes, notre mode de vie, nos travers, nos curieuses habitudes, que sur les animaux que nous aimons.

Sans doute l’auteure est-elle fâchée avec la philosophie, puisqu’au fil des pages, elle attribue implicitement à Marx « la propriété, c’est le vol » – une maxime de Pierre-Joseph Proudhon que Marx exécrait – et à Henri Bergson une autre maxime (« le rire est le propre de l’homme ») dont l’auteur n’est autre que… Rabelais ; sans compter l’audace avec laquelle elle rapproche le chat, ce voluptueux hédoniste, de ce tenant de l'idéal ascétique plutôt sinistre qu’était Emmanuel Kant…

e

Mais on lui pardonnera volontiers ces distractions, dans la mesure où elle truffe son texte d’observations et de conseils drôles et utiles, notamment sous les rubriques « Attention ! » et « Top 5 ». A titre d’exemple, au Top 5 de la mendicité, figure « le regard lourd de reproche », à celui des gestes qui sauvent(après une bêtise commise) « sur le dos, ventre en l’air, soumission totale » ou, à celui des vengeances, « le snober trois jours », autant d’attitudes d’une redoutable efficacité – tous les propriétaires de chats, dont je suis, vous le confirmeront – pour amadouer le maître le moins bien disposé.

 

r

A la fin de l’ouvrage, on notera une rapide présentation de plusieurs artistes amoureux des chats, dont Roland Topor, Léonor Fini, Paul Léautaud, Alexandre Dumas et Colette (on regrette l’absence ici du grand Baudelaire…), mais on appréciera aussi une petite série de témoignages, assortie de cet avertissement : « Les noms ont été changés à la demande des chats, soucieux de préserver leur anonymat. » Parmi ceux-ci, celui de Kiwi (6 ou 7 ans) semble assez emblématique :

« Je suis la reine, l’enfant, l’infante, la princesse, le bébé, le jouet et la joueuse, l’empêcheuse de tourner en rond, la peluche toute ronde qui saute et miaule, la fripouille adorée, celle pour qui elle a acheté un réflex, celle pour qui il s’est mis à adorer les chats. Nous formons une famille unie, inséparable[…]. J’ai droit à ma citrouille d’Halloween, mon arbre de Noël, mon œuf de Pâques, un cadeau à chaque anniversaire et les derniers modèles de paniers. Je suis une chatte en pâte, une chatte objet et j’aime ça. »

Toute ressemblance avec des chats existants, etc., etc…


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 16 Février 2012

Bonsoir a tous,

 

Ce soir c'est Sylvie Catsie Germanier qui nous fait découvrir une saga litteraire qu'elle adore, "La guerre des Clans"

Vous l'aurrez deviné, les chats sont au centre de cette serie

Je ne vous en dit pas plus et vous laisse lire et découvrir

Merci Sylvie!

 

 

 

La guerre des clans

 

 

1

 

Comme promis, je vais vous faire un petit papier sur les livres « La guerre des clans ».

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, voilà, c’est une série de livres comptant 3 saisons (une saison compte 6 livres) ou on vit la vie de chats sauvages qui protègent leur territoire.

 

 

Alors commençons par le début :

 

Les territoires

2

 

Il y a plusieurs clans de chats avec chacun leurs territoires et leurs spécifications.

 

Le clan du tonnerre (vert) : des chats qui vivent dans la forêt et nos héros.

Le clan de la rivière (bleu) : des chats qui vivent près de la rivière et qui se nourrissent de poissons. C’est le seul clan qui sait nager et attraper des poissons.

Le clan du vent (violet) : des chats qui vivent dans les collines. Ils sont très rapides et les meilleurs chasseurs de lapins.

Le clan de l’ombre (rose) : des chats discrets qui vivent près du chemin de tonnerre.

Leur territoire est presque marécageux et ils se nourrissent surtout de grenouilles et de serpents.

Le clan des étoiles (le ciel) : c’est le clan des chats décédés. Souvent, ils envoient des messages aux guérisseurs et aux chefs des clans pour les prévenir de certains dangers.

Les hautes pierres  (jaune) : ce ne sont pas des chats mais un sanctuaire pour les chefs des clans et les guérisseurs pour pouvoir discuter avec le clan des étoiles

Les quatre chênes (blanche) : zone ou, chaque plaine lune, les 4 clans se rassemblent pour une trêve et discutent de toutes les nouveautés dans les clans. Ex : naissances, décès, renards ou blaireaux sur les territoires, besoin d’aide, sécheresse, neige, manque de gibier...

 

 

Hiérarchie :

 

Le chef de clan : son nom est toujours « étoile de quelque chose ». Il est le chef de clan et personne ne contredit ses ordres. En outre, dès qu'il devient chef, il gagne 9 vies par le clan des étoiles.

Le lieutenant : bras droit du chef de clan, il prend la charge du clan quand le chef s’absente et s’occupe des patrouilles de chasse et des patrouilles de contrôle des territoires.

Le ou les guérisseurs : Ils connaissent tout des herbes médicinales. Ils sont en constante relation avec le clan des étoiles qui leurs envoient des visions de danger à venir.

Les reines : Ce sont les femelles qui viennent de mettre bas ou en train d’allaiter le temps ou ils doivent s’occuper des petits. Elles ne chassent pas, ne combattent pas mais dès qu'elles sont assez vieilles, elles reprennent leurs places parmi les guerriers.

Les anciens : ce sont de vieux chats qui ne peuvent plus se battre mais qu'on respecte pour leurs expériences et leurs nombres de combats. Ils sont sous la charge des apprentis qui doivent les soigner (enlever les tiques) changer leurs litières et apporter la nourriture. Ils racontent aussi facilement leurs histoires de combats à tous les jeunes près à entendre leurs histoires.

Les guerriers : chargés de protéger et de nourrir le clan, ils sont sous les ordres du chef et du lieutenant. Un guerrier peut être mentor d’un apprenti (c'est le chef qui en décide) jusqu’à ce que celui-ci devienne lui même guerrier.

Les apprentis : leurs noms sont toujours « nuage de quelque chose ». Ils sont sous la charge d’un guerrier et apprennent les lois du clan, les techniques de combat et les techniques de chasse. Avant de se nourrir, ils doivent nourrir les anciens et les reines. S’ils ne respectent pas les ordres, leur punition sera d’enlever toutes les tiques des anciens avec de la bile de souris, de changer leurs litières et de les nourrir pendant plusieurs lunes.

Les petits : leurs noms sont toujours « petits quelque chose ». Ce sont les enfants des reines. Ils ont moins de 6 lunes et n’ont pas le droit de sortir seuls.

 

Bon maintenant que vous êtes dans le monde près à vous battre et à chasser, il est temps de parler un peu des livres.

 

Saison 1 :

 

 

345678

 

 

 

 

Alors, la saison 1 parle de Rusty, unchat domestique qui aime aller jusqu’à la forêt.

Il déteste son statut de chat domestique et il rêve de pouvoir mordre dans une souris plutôt que dans ses croquettes insipides. Un jour, il part chasser et tombe sur une horde de chats sauvages avec à sa tête, Étoile Bleu, le chef du clan du tonnerre. Etoile bleue propose à Rusty de rejoindre son clan. Rusty va devoir faire un choix entre sa vie domestique simple mais confortable et une vie sauvage dure mais plus dans son élément. Tout naturellement, il va choisir la vie de chat sauvage mais des membres du clan n’approuvent pas ce choix et ne vont cesser de le traiter de chat domestique… ce qui va l’énerver et le motiver à en faire plus que les autres apprentis.

 

Entre la saison 1 et la saison 2, il y a un « hors série ». A la fin de la série 1, je me suis dis que le « hors série » n avait rien à voir avec l’histoire… mais j’ai vite compris en le lisant qu’il va nous donner les noms des chats avec leur grades, ce qui était très important pour la suite de la saga.

 

Le hors série

 

C’est l’histoire d'étoile de feu, chef du clan du tonnerre qui part de son territoire pour aller chercher un clan disparu, le clan du ciel. On y trouve des chats, très agiles et qui sautent vraiment haut mais à cause des hommes qui ont ravagé leur territoire, ils sont partis depuis des lunes.

 

 

 

 

 

9

 

La saison 2 (attention, je n’ai pas encore terminé de la lire… je suis juste au début du livre 2 !!)

 

 

Alors voilà… Etoile de feu est revenu de son voyage jusqu'au clan du ciel. Le Clan des Étoiles envoie une prophétie révélant que la forêt est en danger et il choisit quatre chats pour partir en voyage afin de sauver les Clans. Griffe de Ronce est choisi pour représenter le Clan du Tonnerre; Jolie Plume pour la Rivière; Nuage Noir pour le Vent; et Pelage d'Or pour l'Ombre. Chaque chat est visité par leurs ancêtres et Minuit est envoyé pour leurs parler. Ils se rencontrent a une Assemblée aux quatre chênes, mais ne savent pas ou trouver minuit. Néanmoins, Griffe de Ronce fait un rêve ou il se noie dans une eau salée, et Nuage de Jais, un solitaire, l'informe que cet endroit existe réellement. Ainsi nos quatre compères décident de partir à la recherche de cette eau salée.

 

 

101112

 

 

 

 

131415

 

 

La saison 3

Voila la saison 3… pour l instant il n’y a qu’un livre qui est sorti en français et les autres sortiront en 2013- 2014.

Malheureusement, je ne l’ai pas encore lu alors à la place, je vous propose le résumé de la couverture.

 

La paix entre les Clans est-elle vraiment rétablie ? Tenaillé par la faim, le clan de l'Ombre tente d'agrandir son territoire et défie ses voisins. Étoile de Feu entend alors en rêve une nouvelle prophétie : « Ils seront trois, parents de tes parents, à détenir le pouvoir des Étoiles entre leurs griffes. » S'agit-il des petits de Griffe de Ronce, son lieutenant ? Petit Houx, Petit Lion et Petit Geai sortent à peine de la pouponnière. Pourtant la menace gronde, et pour la survie de leur clan ils devront se battre aussi vaillamment que les meilleurs guerriers.

 

J'espère vous avoir donné envie de les lire… moi, je suis très accrochée à cette « guerre des clans » depuis octobre dernier. Comptant qu’un livre fait environ 300 pages, j’espère que ça vous donnera autant de plaisir que moi, page après page.

 

15

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Sylvie

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0

Publié le 12 Février 2012

Bosnoir a tous.....

 

Attention Carré Rose, publication d'après minuit!!!

Sacrée Sonia, elle nous a fait une  critique inspirée du ChamaSutra, alors l'aurrait-elle elle meme testée?

Nous n'en saurrons rien, mais découvrez donc les plaisirs mysterieux et inconnus du livre secret des chats..

Le ChatmaSutra ouvrage de saison, en cette belle periode de St Valentin, a offrir ou s'offrir!

De quoi bien vous rechauffez par ces nuits polaires!!!!

 

 

Pour la Chat-Valentin… achetez le ChamaSutra !

 

 a

 

 

Que l'on aime cette fête ou non, force est de constater que les marques rivalisent d'imagination et de créativité pour nous offrir des produits toujours plus « appétissants ».

 chama

Aujourd’hui, nous allons vous proposer un cadeau « coquin » qui aura au moins le mérite de vous faire sourire : Le « ChamaSutra » de Pénélope Bagieu et Chat Malo (Frédéric Ploton).

 

 

 aa

 

Pénélope Bagieu, 25 printemps, n’a toujours pas réussi à convaincre sa moitié d’avoir un chat. Elle se lance alors dans l'illustration du « ChamaSutra » et dessine des chats dans les positions les plus folles. Le 69 devient le « moustache contre moustache » et la levrette, la « chat-rette ».

 

 

 b

Vous aimez les livres, vous adorez les chats, vous pensez que sexe et humour font bon ménage ? Ce petit livre est pour vous ! C’est une référence pour tous les matous, un livre qui ose enfin leur proposer des jeux sexuels inédits avec pour chaque position (quarante au total) une illustration et le degrés de Miaouuu (pour la plaisir) et de Kssssss (pour le danger).

images (1)

Cet indispensable à destination des félins peut inspirer les quelques humains qui le croiseraient. Mais je doute qu'ils puissent s'essayer à des positions aussi acrobatiques comme « Accroche-toi à la gouttière, mon amour » ou « Chatastrophe ». Ahlala, quel dommage de n'avoir la souplesse du chat, sa faculté à retomber sur ses pattes ou à provoquer une excitation d'un simple frôlement de queue ou de moustache. 

 

 

 

 bb

Bref, voilà un petit livre très charmant, écrit avec humour et jeux de mots, illustré de façon rigolote et sans vulgarité : normal, un chat c'est quand même hyper classe en toutes circonstances ! A offrir à votre chat pour son usage exclusif ou à partager avec votre « chat-mour » pour rigoler au lit, tester votre souplesse féline… et regretter de ne pas être chat !

 

 

 

c

Un livre pour ronronner de plaisir !

Editions de La Martinière
Collection Clin d'œil, 9,95€
Illustrations de Pénélope Bagieu
Textes de Chat Malo (Frédéric Ploton)

 

 

 

cc

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Chat dans la Litterature

Repost 0