Articles avec #le paranormal et surnaturel... tag

Publié le 8 Janvier 2013

Astrologie féline

 

Comment connaître le signe de son chat ? Pour un chat de race, on connaît la date de naissance et le lieu. 

Pour un chaton provenant d'une famille amie, on connaît la date approximative de la naissance.

Pour les autres, on cherche la dominante du caractère et on la rapproche du type astral susceptible de lui convenir.

 

L'astrologie permet de mieux comprendre l'attitude du chat dans la maison de l'homme... et elle nous met en garde contre certaines fragilités inhérentes au signe.

 

 

Chat Bélier (21 mars-20 avril)

a

Il est énergique, belliqueux, solide, résolu, indépendant et grand sportif... Déteste les contraintes et quand on veut lui imposer quelque chose il peut devenir agressif... car il est aussi très susceptible. Il aime les voyages et s'habitue très vite à une nouvelle maison.

Sur le plan médical, on sait qu'il présente une grande sensibilité au niveau de la tête : nez, yeux, bouche, dents. Attention au coryza chronique, aux stomatites et au tartre dentaire.

 

 

Chat Taureau (21 avril-20 mai)

z

Sa raison de vivre ? L'amour pour ses maîtres et sa maison. Tantôt paresseux, abandonné à ses coussins... tantôt débordant d'activité. Il aime jouer et manger, surtout ce qui est bon...mais volontiers voleur. Il a bon caractère, est fidèle, placide et accueillant. Ce n'est pas un très bon voyageur.

Solide sur ses pattes, il se montre résistant à la maladie, mais chaton il est sensible aux maladies virales. L'obésité est sa première ennemie.

 

 

Chat Gémeaux (21 mai-21 juin)

e

C'est un chat « bavard », comédien, capricieux, gai, toujours en mouvement. Tout l'intéresse...mais pas très longtemps.. Il aime les changements, les voyages... mais attention car il supporte mal d'être enfermé... et il prend le large très facilement.

Sur le plan médical, on le sent fragile au niveau pulmonaire. On sait qu'un simple courant d'air provoque angine et bronchite. On connaît aussi ses crises d'asthme probablement d'origine allergique.

 

 

Chat Cancer (22 juin- 22 juillet)

r

Ce signe est dominé par la Lune, planète du rêve et du subconscient. La femelle se sépare difficilement de ses bébés et le mâle est très attaché à ses maîtres (attention aux séparations de l'été qui agissent sur le moral).

C'est un rêveur, pourtant rancunier, qui ne supporte pas la solitude, déteste les déménagements et les changements de régime. C'est aussi un maniaque, très susceptible, qui aime le public et la musique. N'aime guère les voyages.

Sur le plan médical, on note une sensibilité de l'appareil digestif, (attention aux diarrhées, gastrites, insuffisance hépatique) et de l'appareil génital, (attention aux métrites).

 

 

Chat Lion (23 juillet-22 août)

t

Le chat Lion né sous l'influence du soleil, bénéficie d'une solide constitution et est résistant à la maladie, tout comme le sont les chatons. C'est un chef, orgueilleux, audacieux, conquérant... qui aime « être admiré ». Parfois un peu timide, un peu paresseux, mais toujours très tendre. Il n'aime pas les voyages et le fait d'être enfermé. Il supporte mal la chaleur.

Sur le plan médical, le coeur et la colonne vertébrale sont les points sensibles. 

 

 

Chat Vierge (23 août-22 septembre)

q

Né sous le signe de Mercure, le chat Vierge est intelligent, logique, pratique. Le chaton est téméraire et audacieux. Plock, né le 11 septembre, a besoin de communiquer... tandis que Plick, née aussi le 11 septembre, a toujours raison. Tous les deux sont des obsédés de leur toilette et de la propreté de leur bac, de leurs gamelles, des horaires... et la vie avec un Cancer qui déteste le désordre est facile.

Ils sont sensibles, impressionnables, détestent le bruit. Le corps est leste, mince (sauf Plick qui prend du ventre). Ils sont fidèles. Ils ont des idées fixes, comme grimper aux murs, s'endormir sur un pull, n'accepter les caresses que la lumière éteinte. Ils n'aiment guère les voyages et redoutent sacs et voiture.

Sur le plan médical, attention aux changements de régime qui entraînent troubles intestinaux et cutanés.

 

 

Chat Balance (22 septembre-22 octobre)

w

Équilibre, harmonie, beauté et grâce sont transmis au chat Balance par Vénus, la planète de l'Amour. Le chat Balance est très attaché à ses maîtres. C'est un bon mangeur, bon dormeur, qui s'adapte à tout et à tous... il a simplement besoin d'être aimé. Toujours de bonne humeur mais boudeur, paresseux, il aime le jeu et les jours de fête quand il y a beaucoup de monde à .la maison. Il supporte mal d'être séparé de ses maîtres.

Sur le plan médical, les mâles ont un appareil uro-génital sensible : attention aux calculs urinaires, aux néphrites, aux maladies de peau et au diabète. Les femelles non castrées ont des chasses marquées par des crises de cystite. Surveiller l'eau de boisson.

 

 

Chat Scorpion (23 octobre-21 novembre)

x

Dominé par Mars et Pluton, le chat Scorpion est courageux et aime se dépenser. Les chatons sont surtout destructeurs et agressifs. L'adulte est puissant, orgueilleux mais susceptible. C'est un chef. On a beaucoup parlé de ses pouvoirs télépathiques et de la véritable communion qui existe entre lui et ses maîtres.

Possessif et jaloux... vindicatif... pourtant hypersensible. Il peut parfois par vengeance se montrer sale, destructeur, agressif... comportement parfois bizarre, surtout quand quelque chose ne va pas dans la maison. Aime voyager : Un chat qui accepte d'être promené en laisse.

Sur le plan médical, attention à la vessie et à l'appareil génital chez les femelles non castrées. L'excitation sexuelle est toujours paroxystique. Attention à l'obésité.

 

 

Chat Sagittaire (22 novembre-20 décembre)

c

Le chat Sagittaire, dominé par Jupiter, est optimiste et confiant, amoureux de tout ce que lui offre la vie. Il a besoin d'air, de mouvement. C'est un instinctif, souvent grand et très musclé. Il aime la vie de famille et s'adapte partout, toujours jovial et sympathique... attentionné et têtu, sensible aux compliments, voleur et parfois hypocrite.

Sur le plan médical, attention à la sensibilité des os, des articulations. Le Sagittaire glouton peut devenir obèse. Arnica 9 CH est un remède qui améliore très vite les muscles fatigués par leurs efforts sportifs. A le goût des voyages... mais n'aime guère les paniers.

 

 

Chat Capricorne (21 décembre-19 janvier)

v

Certains sont possessifs, exclusifs, hypersensibles tandis que les autres sont indifférents et effacés... car Saturne domine le signe. Les chatons sont peureux. Le chat Capricorne est ingénieux, souple et résistant - mais aussi inquiet, curieux, agité. On dit que c'est lui qui vit le plus longtemps.

Sur le plan médical, sensibilité des os, des articulations (attention à la croissance), de la peau. Besoin d'une alimentation équilibrée.

Ne supporte pas les voyages.

 

Chat Verseau (20 janvier-18 février)

Le chat Verseau est imprévisible, parfois même bizarre. Gai ou taciturne, il montre une très forte personnalité. Il aime tous les changements. Il est facile à vivre, ingénieux, curieux, habile... Le mâle est fugueur. Très agité en voyage, il a souvent besoin d'un calmant.

Sur le plan médical, on le sait fragile des os, de la bouche (gingivite, stomatite, caries, tartre).Attention à l'obésité.

 

 

Chat Poisson (19 février-20 mars)

Le chat Poisson est fantaisiste, intuitif, comédien, provocateur. Le mâle est pourtant plus casanier, plus philosophe... mais voleur. Il a besoin d'air, d'espace, sans pour autant être sportif. Simple et sensible, il est très attaché à ses maîtres. Il aime passionnément la musique. Déteste tout changement d'habitudes, donc déteste les voyages.

Sur le plan médical, attention aux membres postérieurs, à la colonne vertébrale mais aussi au foie. Le malade est toujours sensible aux changements de temps.

 

 

Source : Jacqueline Peker : Soignez votre Chat par les Médecines Naturelles

Téléchargement du livre : www.e-presse.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2012

Les chats et le satanisme

 mod article47098281 4fec0a5d25125

La démonisation du chat, particulièrement du chat noir, a des origines essentiellement chrétiennes, comme le démontre incontestablement le vocabulaire dont elle use et les notions théologiques auxquelles elle renvoie, notamment l'équation fondamentale chat = Satan.

Elle apparait, d'autre part, au moment où le christianisme semble solidement implanté et raffermi dans les population d'Europe.
Fait très significatif, par ailleurs, la diabolisation du chat et la persécution atroce à laquelle elle donna lieu sont l'oeuvre, non des populations frustres, mais des classes dirigeantes, essentiellement écclésiastiques, lesquelles élaborèrent et affirmèrent la doctrine officielle du chat démoniaque, le compagnon maudit des sorcières et de leurs sabbats, qui fut la règle jusqu'au siècle des Lumières.

 mod article47098281 4fed875824b34

Et ce, pour deux raison : la volonté d'exterminer les vestiges païens demeurés encore vivaces dans la culture populaire ; d'autre part, la détermination farouche d'éliminer, en les satanisant, les divers courants marginaux, sectes hérétiques ou dualiste, ressentis comme une Contre-Eglise.

 

Assimilé à la fois à la figure de la Diane gallo-romaine ou de la Freya germanique, déesse de la fécondité mais encore très honorées à l'époque dans les campagnes, et aux avatars de l'Isis égyptienne, qu'étaient soupçonner de continuer à adorer les adeptes des cultes gnostique, le chat devint logiquement la victime toute désignée des peurs de l'intolérence et du fanatisme de l'orthodoxie religieuse en place.

mod article47098281 4fed87d1519d4

Le processus de démonisation se fit de façon progressive, et non sans un scénario rituel passablement ambigu. Fondé en 961 par le comte de Flandre Baudoin III, la cérémonie du " Kattestoet " est le meilleur exemple de ces tentatives préliminaires, dont l'imperfection saute manifestement aux yeux. C'était un sacrifice annuel de deux chats, institué pour proclamer publiquement le renonciation de tout un peuple à ces anciennes pratiques païennes.

 mod article47098281 4fef6d2ee0524

Tout les 28 février, au son des cloches de la ville d'Ypres, carillonnant toutes ensemble, deux malheureuses bêtes étaient jetées vivantes du haut des tours du manoir de Korte-Mers et s'écrasaient sur le sol au milieu des vivats du peuple, présidé par ses autotités civiles et religieuses.

La fête se poursuivit sans interruption jusqu'en 1578, date à laquelle les calvinistes, s'étant rendu maîtres pour un temps de la cité, l'abolirent, y voyant une cruauté inutile, mais aussi, derrière le masque d'une adhésion aux dogmes chrétiens.

Effectivement, ils étaient dans le vrai. Car, si, au premier degré, la mise à mort des chats pouvait être interprétée comme une mise à mort symbolique du diable, ainsi que l'avait voulu le fondateur de la cérémonie, une analyse plus poussée permet de voir tout à fait autre chose dans le " kattestoes ". Deux choses doivent retenir l'attention : d'abord, il s'agit, non d'une extermination générale des chats de la ville, mais d'une exécution limitée à deux animaux ; ensuite, ce qui en constitue l'élément central et essentiel, c'est qu'il y ait du sang répandu.

mod article47098281 4fef6ddd37c35 

Or, tout ceci est la caractéristique même de tous les rites sacrificiels propres aux cultes agraires de la fécondité. Certe, il faut que les victimes soient ressenties comme innocentes et par concéquent revêtues de sacralité. Si bien que les deux chats étaient censés périr pour revivre, laver les vivants de leurs souillures et régénérer le monde usé et vieilli !

Le " Kattestoet " n'était pas sans présenter une certaine analogie ou entretenir une confusion avec le rite chrétien de la messe, répétition symbolique du sacrifice sanglant du Christ sur la croix. Ce qui donne du crédit à l'hypothèse, c'est qu'il se soit perpétué malgré les aléas historiques qu'il subsiste, de nos jours encore, sous la forme bien moins cruelles, il est vrai, d'un lancer de chats postiches.

mod article47098281 4fef6e58485a6

Avec l'entrée en scène des théologiens disparaît, en revanche, la signification équivoque de la répression du chat diabolisé. Bien sûr, sa figure n'apparaît pas immédiatement comme l'incarnation privilégiée de Satan.

 mod article47098281 4fef6f42cc3f5

Mais un siècle plus tard, le fantasme est définitivement établi et fixé. Le prélat anglais Walter Map, présente le chat comme l'incarnation même de Lucifer dans les cérémonies qu'il attribuent aux Vaudois, c'est-à-dire, selon lui, a des sectateurs du démon qui se cachent sous l'appellation d'hérétiques.

Selon les dires, l'apparition du diable s'effectuait de la façon suivante. Dans une salle, hermétiquement close, appelée par lui " synagogue ", surgissait soudainement un chat noir de taille monstrueuse et dont le regard avait pour effet de chasser immédiatement de la pièce toutes les lumières. Il faisait, alors, reconnaître sa véritable identité par ses adeptes en exigent qu'ils lui rendent hommage en le baisant sous la queue, puis donnait le branle à une orgie criminelle, dans laquelle tous les excès étaient permis.

 mod article47098281 4fef6fa9c2d41

Le plus grand théologiens de l'époque, le Français Alain de Lille, suivi de bien d'autres, donna sa caution morale à ces élucubrations. Il ouvrit même la voie à l'amalgame généralisé, soutenant que le chat était la figure centrale de tout les cultes dissidents sans resctriction.

Dans son traité Contre les hérétiques du temps, il va même jusqu'a récuser l'étymologie traditionnelle - et véritable - du terme " cathare "
(signifiant " pur " ), afirmant qu'en réalité il dérive du bas-latin cattus, c'est-à-die " chat " ! Par conséquent, concluait-il, les cathares sont bel et bien des adorateurs du diable !

 mod article47098281 4fef70d411a1e

A force d'être répétées, ces idées extravagantes finirent par être admises comme des vérités établies par l'ensemble de la population. Lucifer, prince des démons, s'incarne aux yeux de ses fidèles sous la forme d'un chat noir énorme, qui jaillit à minuit d'une statue placée au milieux du cercle magique formé par ses fidèles.

La base mythique de ces billeversées semble être la légende créée autour de la personne de Saint Clément de Metz. Selon le récit hagiographique, la ville était jadis le théâtre de scènes d'hystérie collective. Dès que survenait juin, le peuple était pris d'envie irrésistibles et frénétiques de danses écheveléesz, que rien ne pouvait arrêter et qui se terminaient par un bacchanale générale et crapuleuse.

 mod article47098281 4fef72fe9fbc0

Un jour qu'il était de passage dans la cité, stupéfait de ce qu'il venait de voir, un pieux chevelier, saint Clément, décida de s'arrêter dans une auberge pour tenter de tirer au clair les raisons de cette folie étrange. Le soir venu, il aperçut soudain, dressé dans la cheminée de sa chambre, un gros chat noir qui le fixait de son regard flamboyant et lourd de menaces. Faisant front, saint Clément saisit son épée en faisant le signe de croix.

Comme terrifiée, l'apparition disparut immédiatement, crachant des flammes et des blasphèmes. La ville reprit son apparence paisible et naturelle. Mais, poursuivit la légende, le Mal revenait immanquablement, dès que les mauvais chrétiens apparaissaient à Metz. Pour décourager le démon de persister dans ses maléfices fut institué le rite d'un autodafé félin.

Chaque année, en juin, en grande pompe, devant le peuple et les autorités civiles et religieuses, treize chats ( le chiffre 13 étant considéré alors comme le nombre du diable ) étaient jetés vifs dans un gigantesque brasier allumé sur la place de l'esplanade.

 mod article47098281 4fef7353a1795

La tradition attribuait l'origine de cette cérémonie de désenvoûtement collectif aux premiers siècles de notre ère. Son institution remonte en réalité au XIIIè siècle, à l'époque où sévissait en tant que grand inquisiteur du Saint Empire le sinistre et fanatique Conrad de Marbourg, célèbre pae ses innombrables bûchers qu'il alluma dans la région rhénane entre 1231 et 1233.

mod article47098281 4fef73b0679de

Le jet du chat dans le feu pourrait faire penser au rite gaulois, rapporté par César, de sacrifices d'animaux et de criminels enfermés dans des mannequins d'osier. Plusieurs raisons entrainent à rejeter cette origine de l'autodafé de chats. D'abord, il s'agissait chez les Celtes d'une cérémonie effectuée en l'honneur de Taramis, divinité céleste et solaire. Or ce culte a disparu dès l'époque gallo-romaine. 

 

D'autre part, au Moyen-Age, le chat et le satanismerelèvent de vestiges de cultes de la fécondité, donc agraires et telluriques, cemme l'attestent les éléments orgiaques qui leur sont toujours associés. Enfin, les supplices en question se déroulent presque uniquement en terre de peuplement germanique, où l'existence de sacrifice par le feu n'a jamais été rapportée.

La destruction par le feu est issue incontestablement de la tradition judéo-chrétienne, marquée profondément par le mythe apocalyptique qui voit dans le feu la punition infligée par le Ciel aux forces du Mal ( thème cosmique de la lutte des fils de la Lumière et des fils des ténèbres). Le fait qu'elle se généralise en tant que moyen de vaincre le démon, de préférence aux sacrifices sanglants, traduits, d'ailleurs, les progrès de la christianisation de la société médiévale.

Contrairement à une idée qui a été trop longtemps répandue, l'existence d'un culte parallèle au christianisme et se manifestant sous la forme d'une sorcellerie organisée n'appartient qu'au domaine de la pure fiction. Dans sa structure, la démonisation du chat est demeurée un fantasme qui ne s'est jamais dissocié du schéma défini par la théologie des XIIè et XIIIè siecles.

 mod article47098281 4fef7404b58b8

Les aveux des sorcières, arrachés par les tortures de l'Inquisition, démontrent, en effet, même chez celles qui étaient persuadées servir réellement Satan, la nature chrétienne de leurs convictions, inversées bien sûr, puisque pour elles, le sauveur c'est le Diable et non le Christ. Il n'en reste pas moins que ces convictions étaient parfaitement authentiques.

En revanche, il est vrai, il en est résulté une représentation démonologique de plus en plus diffuse. Progressivement, l'idée du pacte avec le diable a cessé d'être attribuée aux groupements spécifiquement hérétiques, donc constitués d'individus connus ou facilement identifiables. Elle disparait totalement au XVI siècle, avec l'apparition de la Réforme et de la Contre-Réforme.

 

Confinée dans le domaine du surnaturel, la croyance dans la réalité de la sorcellerie n'en a pourtant pas été moins vive. La chasse aux sorcières et la démononisation du chat ont atteint leur maximum d'intensité aux XVIè et XVIIè siècles. Mais, parallèlement, cette démonologie complètement occultée, c'est-à-dire rejetée dans la fantasmagorie à l'état pur, ressurgit sous l'aspect de croyance très anciennes, encore que très dégénérées par le syncrétisme et le cadre merveilleux dans lequel elles s'expriment.

C'est la raison pour laquelle les récits les plus insolites, étranges et saugrenus sur les sorcières et les chats datent de cette époque. Le baptême du chat avait le pouvoir, disait-on, de provoquer le déchaînement des éléments.
Jeté dans la mer, l'animal provoquait des tempêtes d'une violence inouïe. Enterré dans un champ, il rendait celui-ci stériles et pouvait même entrainer la mort de l'imprudent qui, innocemment, en foulant le sol de ses pieds. Mis dans les flammes, il envoûtait à distance ceux dont la sorcière prononçait les noms.

 mod article47098281 4fef74474746a

C'était lui, enfin, qui donnait à cette dernière le pouvoir magique de s'élever avec une grande rapidité dans les airs, grâce au fameux balai sur lequel souvent il montait en croupe.

On racontait aussi qu'elles pouvaient se métamorphoser en chats - mais neuf fois seulement, c'est-à-dir le nombre triple de la Trinité ! - et ainsi excercer leurs méfaits impunément, ou fuir de façon inopinée un danger. L'idée que le chat était une sorcière, et inversement que celle-ci était un animal, s'est répandue dans toute l'Europe, avec une crédulité inimaginable, au moment même où règnait Louis XIV.

Attaqué de nuit par trois chats, un habitant de Strasbourg eut la surprise, dit-on, de constater que les blessures qu'il avait faite pour se défendre aux trois animaux étaient identiques à celles dont souffrait , le lendemain, trois des plus respectables bourgeoises de la ville.

 mod article47098281 4fef74f13bc05

En Ecosse, un gentilhomme qui avait constaté des vols de vin dans sa cave décida de s'y cacher nuitament ; il eut à faire face à une meute de matous déchaîné, et ne put s'échapper qu'en en blessant un grièvement ; le jour suivant, il apprit qu'une femme du voisinage agonisait, la jambe à demi amputée, c'est-à-dire, d'une blessure identique à celle du chat qu'il avait frappé.

Au Pays basque, on était persuadé que des sorcières venaient, la nuit, voler le lait des vaches en empruntant la forme du chat.

Le délire irrationnel fini par faire craquer le cadre rigide de la démonisation chrétienne du chat. Retrouvant le principe d'ambivalence que prête l'animisme aux puissances magiques, les gens crurent que l'animal pouvait à la fois servir à procurer des remèdes ou des maléfices. Orgelets et panaris frottés avec une queue de chat noir étaient censés guérir comme miraculeusement et, si l'on prenait soin d'en enterrer une devant le seuil de la porte, on était assuré que jamais la maladie ne pénétrerait dans la maison.

 mod article47098281 4fef7548dedf1

En Bretagne, au XIXè siècle, le resteur passait pour avoir le pouvoir de se métamorphoser en ombre de chat, et ainsi empêcher ses paroissiens de se livrer au péché !

En revanche, un objet appartenant à quelqu'un et frotté sous le ventre du chat provoquait immédiatement une maladie incurable à son propriétaire. Quant à la graisse d'un chat tué, elle servait à fabriquer le sortilège le plus terrible, celui auquel même un saint ne pouvait échapper : la chandelle de l'Homme mort. Fondue et coulée autour d'une mèche de cheveu retirée à un cadavre - de préférence un pendu ! - , sa lueur foudroyait l'imprudent qui la regardait !

Placé dans les murs, sous le plancher ou dans la solivure d'un édifice ou d'une demeure, le cadavre d'un chat fraîchement tué avait, enfin, la vertu d'en assurer une protection contre tous les mauvais coups du sort.

La pratique semble être née en Angleterre, au XVII siècle, comme en témoignent les squelettes retrouvés dans la Tour de Londre, la cathédrale de Dublin, de nombreux château du Yorkshire et même dans l'un des murs de la citadelle de Gibraltar. Elle ne s'est éteinte, d'ailleurs, tout à fait, que dans les dernières années du XIXè siècle, ainsi que l'atteste une anecdote authentique, survenue en Cornouailles en 1890.

 mod article47098281 4fef76d721c25

Lors de la construction d'une maison, une grève éclata parmi les ouvriers, et les maçons prévinrent qu'ils ne reprendraient le travail que si le maître d'oeuvre respectait la tradition d'emmurer vivant un chat dans les fondations.  Ami des bêtes et hostile à des usages aussi cruels que stupides, mais néanmoins habiles négociateur, celui-ci parvint à trouver un biais satisfaisant pour tout le monde. On substitua au chat un lièvre mort, et le travail reprit.

Dieu merci, ce n'était pas le premier geste du processus de réhabilitation du paisible animal domestique...



Extrait de " Inexpliqué " 1981

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 5 Décembre 2012

Le chat fantôme de Washington

 

Sans titre 

Les fantômes, simples légendes urbaines ou réalités ? Voilà une question dont se pose bon nombre de personnes. Et pourtant, des milliers de témoignages nous parviennent tendant à prouver ces faits.

L’histoire ci-dessous est relativement célèbre outre-Atlantique, c’est celle d’un mystérieux chat noir.

Il semble que le moment soit approprié pour se rappeler, se souvenir de ces fameux fantômes d’hommes politiques qui hantent les Etats-Unis. Les légendes concernant ces faits sont déjà fort répandues : beaucoup d’entre nous connaisse la Maison Blanche, celle-ci abriterait des habitants très spéciaux : Abraham Lincoln (président de 1861 à 1865) et Andrew Jackson (de 1829 à 1837) feraient régulièrement des apparitions.

C’est dans la Blair House, maison où résident les invités officiels du Président des États-Unis, que viendrait hanter Woodrow Wilson assis dans son rocking-chair, le président qui officia durant la Grande Guerre.

Outre cela, de nombreux bâtiments du gouvernement fédéral de Washington aurait connu ces mêmes mystères et mettant toujours en scène des défunts présidents. Cependant un fantôme attira particulièrement l’attention, c’est celui d’un chat noir qui fut vu sur 2 sites différents. Chacune de ses apparitions sont synonymes d’un désastre à venir pour la nation américaine.

Il est appelé Phantom Black Cat ou Demon Cat (DC). Il a été observé dans les sous-sols de la Maison Blanche, au Capitole et au National Mall.

Quand il est vu, il apparaît parfois comme un chaton, mais au moment où la personne commence à se rapprocher, il se transforme en un tigre menaçant et en colère ouvrant de larges yeux rougeoyants.


DC n'est visible que pendant certaines heures de la nuit et ne va à la rencontre que des personnes qui se retrouvent seuls. La première fois qu’il serait apparu, aurait été peu avant 1929, date bien connue comme étant la crise boursière de 1929, entraînant l’un des plus importants désastres économiques de l’histoire. Plus tard, il prédit l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy en 1963. Ce n’est pas seulement les catastrophes qui font sortir le félin de sa tanière. A chaque nouvelle investiture, il viendrait se présenter devant son futur « maître ».


Les experts, qui ont étudié longuement ce sujet, pensent que l'origine de cette histoire pourrait avoir une relation avec le Capitole. En effet, autrefois le Capitole aurait été infesté par les rats. Le problème était si grave que les gardiens décidèrent de lâcher un grand nombre de chats pour contrôler la population de ces rongeurs. Depuis lors, des chats noirs feraient leur apparition dans le Capitole. La plupart des gardes, qui sont en service la nuit, ont une peur bleue d’évoquer ces histoires.

Si un jour vous vous baladez du côté de ce célèbre parc de Washington, et que vous prenez la peine d’interroger les gardes sur leur travail, ils évoqueront très probablement ces mystérieuses apparitions.

Conclusion

Le chat noir est l’objet de fantasme dans beaucoup de lieux dans notre monde. Il porte bonheur pour certains et apporte malheur à celles et ceux qui le croiseront un vendredi 13. Le chat dans sa généralité et dans l’histoire a été associé à bon nombre d’histoires et de légendes toutes plus fascinantes les unes que les autres.

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2012

Les exploits et les éclats du chat !

 a

Le chat est le champion de l'exploit car il sait se servir des ses pattes avec intelligence. Qui n'a pas entendu l'histoire prodigieuse d'un chat perdu, qui après avoir parcouru des kilométres, retrouve son domicile.

Et encore? Le chat posséde-t-il une perception extrasensorielle, un sixième sens ou la notion du temps? A voir certains de ses comportements, on serait tenté de le croire.

 e

Périodiquement les médias nous rapportent les aventures d'un chat qui auraient parcouru des kilométres pour retrouver son maître. Les récits foisonnent. L'un deux m'a particulièrement touché. Il s'agit d'une petite chatte blanche aveugle qui parcourut 25 kilomètres pour retrouver sa maîtresse! Amado appartenait à une vieille fermière provençale qui, se croyant près de mourir, l'avait confiée à une amie. Quinze jours plus tard, la fermière entend des gémissements devant sa porte. Elle ouvre et reconnaît une Amado, amaigrie, toute crottée et les pattes en sang…

 

Le tableau émouvant des retrouvailles entre un chat amaigri et son maître ouvre la porte à toutes sortes de spéculations. Comment le chat est-il capable de retrouver son territoire? Sur une courte distance, on peut croire que le chat utilise une mémoire associative (odeurs ou bruits familiers) pour se guider. Par essais et erreurs, il finit par se retrouver. Mais quand la distance devient impressionnante, comme Sugar qui parcourut 2400 kilométres pour retrouver ses maîtres en Oklahoma, on ne comprend plus. Et l'on comprend encore moins lorsque le chat, tel Sugar, rejoint ses maîtres en un lieu ou il n'a jamais été!

 

Existerait-il une télépathie entre le maître et le chat? Les anciens egyptiens le croyaient et certains chercheurs tentent aujourd'hui de le prouver.

Selon Desmond Morris, il chat posséderait une sorte de boussole biologique. Il semblerait que des particules de fer, naturellement présentes dans les tissus animaux réagissent à l'attraction magnétique terrestre, ce qui permettrait au chat de s'orienter. Une chose est certaine toutefois, le chat, poussé par l'amour qu'il porte à son maître, n'hésitera pas à braver bien des périls pour le retrouver!

 

Un autre grand mystère entourant le chat est sa faculté de pressentir les tremblements de terre. Certaines explications scientifiques proposent un mécanisme biologique par lequel le chat détecte l'activité sismique précédant le tremblement de terre, ou l'électricité statique développée à ce moment là, ou les deux.


Et qu'en est-il de la mort? Un chat pressent-il sa propre mort? Certains disent avoir retrouvé mort leur chat qui, le soir précédent, avait réclamé avec insistance une caresse prolongée... Il semblerait aussi que le chat ressentirait la mort prochaine d'un être humain. Dans les hôpitaux, on assure que les chats vont sur les lits des malades qui succomberont le lendemain.

Une chaîne américaine a diffusé cette année un documentaire sur un centre pour vieillards ou résidaient quelques chats. Parmi eux, une chatte dénommée Smokey appréhende la mort des vieillards plusieurs jours avant qu'elle ne survienne. Elle restera immobile dans le lit du mourant et l'accompagnera jusqu'à la fin! Et si un vieillard est très malade, Smokey restera avec lui tant qu'il ne se portera pas mieux. Touchant non?

Et que dire d'un chat vivant à Paris dont le maître était à l'hôpital qui se mit à « hurler » vers 3 heures du matin. Or son maître mourait au même moment... par la suite le chat refusa obstinément d'entrer dans la chambre qu'occupait son maître.

Le chat posséderait également une horloge biologique interne. Ne vous est-il jamais arriver de voir votre chat vous attendre à la fenêtre? Moi si, à chaque fois que je tarde de rentrer à la maison... Mais de là à pouvoir dire que le chat est conscient d'avoir passé une journée entière à attendre le retour de son maître, cela reste encore à déterminer.  Certaines expériences tentent toutefois à démontrer que le chat serait capable d'apprécier le temps écoulé lorsqu'il s'agit d'un court intervalle.

Le chat nous intrigue par ses comportements encore inexpliqués mais il nous émeut aussi par ses exploits. Et le plus extraordinaire d'entre eux est sans conteste le dévouement! Que pensez-vous de l'histoire de Poucette qui sauva ses maîtres (prisonniers d'un camp japonais) d'une mort certaine en leur apportant chaque jour du gibier?

Ou encore, l'histoire de Scarlet, chatte héroique demeurant à New-York, sauvée par un pompier en 1995. Lors d'un incendie, la chatte avait récupéré ses chatons un à un d'un immeuble en flammes. Elle eut le visage et le ventre brûlés au troisième degré. Pour une fois les média ont eu le beau rôle! Leur campagne médiatique émut la population qui organisa une collecte et Scarlet fut sauvée et adoptée.... toutefois son visage est demeuré atrocement déformé...

Il y a aussi l'histoire d'un autre chat résidant au états-Unis qui, dés la naissance du bébé de la famille, s'était octroyé le rôle de gardien. A toutes les nuits, sans relâche, le chat veillait sur la petite fille. Une nuit, son guet a sauvé la vie du bébé. Celui-ci était pris de convulsions et le chat réveilla les parents qui purent amener le bébé à l'hôpital à temps et le sauver! Encore aujourd'hui, le chat veille sur la petite fille qui doit avoir quatre ou cinq ans...

 

Pour tous ces comportements hors du commun, plusieurs hésitent encore à accepter une explications rationnelle, préférant adhérer au surnaturel. Ce sera à la science de clore le débat et peut-être établir une vérité plus étonnante encore que le surnaturel avec toute sa magie… La réalité ne dépasse-t-elle pas toujours de loin la fiction?

 

r

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 31 Août 2012

Chats fantômes

 

 a

 

Les chats fantômes . . . Tout comme les autres, ils hantent depuis longtemps les légendes. Mais qu'en est-il réellement ?

Un des chats fantômes les plus célèbres est sans doute celui du château de Combourg. Deux fantômes hanteraient les murs de la vieille bâtisse où a résidé durant sa jeunesse l'écrivain François-René de Chateaubriand, qui les guettait anxieusement. Le premier est celui d'un ancien seigneur du château, dont ont entend souvent le pas caractéristique, dû à sa jambe de bois, résonner la nuit dans les couloirs, selon certains. L'autre, celui qui nous intéresse, est un chat noir. Il accompagne le seigneur revenant dans les escaliers de la Tour du Chat, où Chateaubriand avait sa chambre. L'inquiétant félin pousse alors des miaulements déchirants. Fait troublant, lors de la restauration de la tour en 1876, les ouvriers découvrirent dans une pièce la momie d'un chat, qui avait été emmuré vivant lors de la construction du château. La tradition du Moyen-Age voulait que le félin sacrifié éloigne le mauvais sort du bâtiment.

Sans doute est-ce chat qui hante désormais la tour où il mourut.



 az

 

G. M. Tracy rapporte un fait à peu près similaire : « Bien d'autres manoirs normands sont hantés: /.../ cet autre, adossé aux ruines du château de Guillaume le Conquérant, remarquable par le fantôme d'un chat miaulant en bête torturée. L’an dernier, ouvrant une brèche dans un mur pour agrandir une pièce, des maçons découvrirent le squelette d'un chat qui fut aussitôt enseveli dans un coin du jardin. Avait-il été emmuré vivant, sacrifié au cours d'une messe noire, ou encore d'une cérémonie démoniaque ? On ne sait, mais, apaisé par la pitié humaine, le chat ne jette plus son ombre ni ses cris désespérés entre les murs du manoir » (Miroir de l’Histoire n°101, page 602).
On pourrait méditer longuement sur le symbolisme du chat, surtout lorsqu'il est noir, et se demander quels mobiles purent bien pousser certains malades du cerveau à les conserver dans l’épaisseur d’un pan de mur de leur demeure.
Roger de Lafforest, quant à lui, avance une hypothèse qui pourrait fort bien avoir valeur d'explication : « Parfois, les cadavres servent de support magique à des malédictions plus précises et plus délibérées. La mémoire domiciliaire sera alors en quelque sorte violée par la présence (imposée à l'insu de tous) dans la maison d'un objet ou d'une charogne chargée maléfiquement à dessein pour nuire aux habitants : c'est un cadavre de chien, de chat, de poule, parfois d'enfant mort-né, qu'un mage noir aura imprégné de radiations nocives, et qu’il aura été enterré secrètement dans la cave ou sous la pierre du seuil. »
Suivant un processus analogue, des événements étranges se déroulent, en novembre 1967, dans un petit village de Meurthe-et-Moselle, Gorcy-Cussigny.
Cette fois, il s'agit curieusement d'un fantôme à tête de chat semblant, sans encombre, passer au travers des murs d'une maison, tout en semblant ricaner de manière démentielle. Ce genre d’effarantes apparitions eurent raison du sang-froid des locataires qui préférèrent déménager. Et désormais, fait étrange, plus personne à Gorcy-Cussigny ne veut évoquer l'histoire de ce curieux fantôme.

 

 

 e

Plus surprenante encore, cette aventure que nous a relatée un cameraman de trente-huit ans, très au courant, des questions spirites : « J'étais en vacances dans un coin de Touraine surpeuplé pendant les trois mois estivaux. Un soir, nous étions couchés, un ami et moi, lorsque nous entendîmes des miaulements étouffés mais très nets. Nous nous endormîmes sans penser à chercher l'origine de ce miaulement. Seulement, quatre jours après, nous étions réellement inquiets : tous les soirs, nous entendions les mêmes miaulements. Et toujours en trois étapes, chacune d'entre elles étant trois miaulements successifs. Nous avons interrogé tous les voisins, le propriétaire de l'hôtel, mais il fallut nous rendre à l'évidence : nous étions les seuls à avoir entendu. Nous nous gardâmes bien d'en dire davantage : déjà nous étions devenus le pôle d'attraction de l'hôtel. Le sixième soir, nous étions couchés depuis à peine cinq minutes lorsque, dans la chambre complètement noire, sur le mur faisant face à mon lit, je vis une tête de chat phosphorescente. Je me frottai les yeux pensant que j'étais le jouet de la fatigue et de l'imagination. Pourtant, sur le mur, l'image persistait. J'allumai la lumière et cherchai un défaut sur le mur : rien que le papier peint, net et propre. Le lendemain, nous allâmes visiter une ancienne abbaye que le propriétaire, un mien ami, avait transformée en hôtel. Les caves en étaient immenses, et, hormis les premières, désaffectées. Un souterrain taillé dans la roche par les moines terminait les vastes celliers. Munis de torches électriques, nous nous engageâmes sous cette voûte à la recherche du je-ne-sais-quoi qui anime toujours les esprits dans ces cas-la. Nous avions marché peut-être une vingtaine de mètres quand un miaulement terrible nous cloua sur place. La roche formait des cavités ressemblant à des niches espacées irrégulièrement Nous nous dirigeâmes vers celle d'où semblait provenir le miaulement. Quel ne fut pas notre ébahissement de voir un chat énorme, couché tous poils hérissés sur un bloc de pierre rond, aussi gros qu'un pavé. Nous nous approchâmes avec précaution de la bête qui reculait : ce que nous avions pris pour un pavé rond était en fait un crâne humain parfaitement conservé. Mis au courant de ce fait, le propriétaire fit avec

notre aide des recherches en présence des gendarmes. Un squelette entier fut mis à jour, un chapelet autour des poignets. Des feuillets qui semblaient provenir d'un missel se trouvaient à côté de lui. Il s'agissait d'un moine, sans nul doute. La structure particulière du sol à cet endroit avait permis une conservation parfaite des ossements, car, après recherche dans les archives, nous apprîmes que le fondateur de cette abbaye avait demandé à être enterré à même la terre sous son propre édifice... Et, chose étrange, ce moine, durant sa vie, avait toujours un chat près de lui, comme compagnon... »
Encore une affaire particulièrement fantastique dans laquelle le chat joue un rôle de tout premier plan...
Et déjà, peu avant 1307, Philippe IV le Bel, le « roi de fer », fut terrorisé, en la commanderie templière d'Auzon, par un chat noir surgissant de sous le maître-autel de la chapelle : il avait cru voir le Diable...

 

Source : internet

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 25 Août 2012

Chats ailés

Chat doté d'appendices ressemblant à des ailes

 

 

 image001

Les chats ailés ne sont pas qu'un mythe. Ils existent !

C’est un phénomène très rare dans le monde, appelé « Pauca Billee », un terme venant de l’hindi qui signifie « chat ailé ».

Certes, leurs ailes ne leur permettent pas de voler. Il s'agit plutôt d'une anomalie rare.

Certain peuvent bouger leurs ailes, mais aucun à ce jour n'a encore réussi à… décoller. :o)

 

 

 image002

Des félins ailés apparaissent dans certaines légendes :

 

- Certaines créatures mythiques sont décrites comme des félins ailés, comme le griffon (mi-aigle, mi-lion) ou le sphinx (parfois représenté comme un félin doté d'ailes et d'une tête humaine).

 

- Il est parfois dit sur Internet que la déesse égyptienne Bastet était dotée d'ailes, cependant, cette information est incorrecte et il n'existe aucune représentation de chat ailé dans l'iconographie de l'Égypte ancienne : Bastet était habituellement représentée comme un chat, un lion ou une femme à tête de lion.

 

- Dans la mythologie nordique, la déesse Freya se déplace dans un char tiré par deux chats. Ces derniers sont représentés avec des ailes sur certaines peintures et dessins modernes, mais il s'agit d'une invention récente qui n'est pas mentionnée dans la légende scandinave.

 

- Comme les chauves-souris, les chats sont parfois associés au Diable. En conséquence, des chats dotés d'ailes membraneuses ont parfois été dessinés pour représenter des démons.

 

 a

Représentations de chats ailés démoniaques





- Des chats ailés appelés tressyms apparaissent également dans l'univers médiéval fantastique de Donjon & Dragons. Ils semblent toutefois avoir été inventés de toutes pièces pour les besoins du jeu et ne s'inspirer d'aucune mythologie en particulier.

 

 image006

Des cas réels de chats ailés ont toutefois été répertoriés depuis le XIXèmesiècle au moins.

 

Il y aurait au total environ 140 témoignages connus et au moins 20 photographies de chats ailés.

Les cas sont rares. Le premier a été décrit en 1842 en Angleterre. Il y en a eu 13 autres depuis. La première photo d'un chat ailé est parue en 1899 dans Strange Magazine. On y voit un chat à poil long muni de deux excroissances semblables à des ailes sur le dos. Il pouvait les faire bouger, maîtrisant complètement cette partie inhabituelle de son anatomie. Malheureusement, il mourut après que quelqu'un ai eu la très mauvaise idée de lui couper les ailes.

 

 

 image007

Un chat du même type, noir et blanc, fut capturé à Oxford (Angleterre) en 1933. Il fut emmené au zoo de la ville. Ses ailes mesuraient 15cm.

 

 

 image005

C'est toujours en Angleterre, dans les années 1960, que fut un jour photographié dans une cour de Manchester le chat ailé ayant les plus grandes ailes sur tous les cas connus. Ses ailes mesuraient 29cm.

 

 

 

Les derniers cas sont plus récents. L'un date de 2004, en Russie. Malheureusement, le temps qu'un journaliste se rende sur les lieux, les habitants du village où se trouvait el chat ailé, effrayés, croyant voir en lui le diable, l'avaient tué. Le tout dernier cas date de 2008. En Chine, dans un village de la province du Qingyan, plusieurs chats ailés font sensation. La propriétaire de l'un d'entre eux raconte qu'au départ c'était un chat normal. Deux excroissances sont apparues et ont grandit. Au bout d'un mois son chat était devenu un chat ailé.

 

 

 image009

 

Mais d'où viennent ces mystérieuses ailes ?

 

Trois phénomènes peuvent mener à l'apparition « d'ailes » chez les chats :

 

- Des amas de poil emmêlés peuvent se former sur les flancs de chats, donnant l'illusion qu'ils ont des ailes. Ce problème résulte d'un mauvais entretien du pelage.

Remarquez que les chats  ailés ont quasiment toujours le poil long. Il s'agit de poils restés après la mue. S'accrochant au nouveau pelage, ils ont formé des plaques de poils morts ressemblant à des ailes. Mais dans la plupart de cas ces ailes ne sont pas seulement de poils mais aussi de peau.

 

 

 image011

Exemple « d'aile » constituée de poils emmêlés

 

- Des malformations congénitales peuvent expliquer certains autres cas : elles peuvent en effet prendre la forme de membres surnuméraires sur le dos, éventuellement susceptibles de bouger lorsque l'animal déplace ses autres pattes.

On parle aussi de la présence de membres vestigiaux sur le corps de l’animal due, lors de la conception fœtale à une mauvaise séparation de deux œufs censés donner des jumeaux. Dans certains cas, on a la formation d’un seul individu possédant des parties mineures parasites du deuxième jumeau.

 

 image012

Chaton malformé naturalisé

 

- Enfin, certains cas sont attribués à l'asthénie cutanée féline, une maladie qui rend la peau anormalement élastique. En conséquence, celle-ci peut se déformer et donner naissance aux « ailes » observées chez certains individus.

Il existe donc une maladie féline d’origine génétique rare nommée asthénie cutanée se caractérisant par une élasticité et une fragilité extrême de la peau. Dans le tissus conjonctif du derme , un manque en collagène fait que celui ci ne peut plus assurer son rôle d’enveloppe tissulaire, la peau devient lâche et flexible au niveau du dos, des épaules et des hanches et forme un replis sur chaque coté qui pend vers le bas, ce replis recouvert de poils donne l’apparence d’une aile. Le manque en collagène fait que la peau n’a plus de résistance à la traction, elle se déchire facilement au moindre choc ou grattage. Lorsque la peau affectée se trouve dans une région musclée, des muscles peuvent se retrouver à l’intérieur des replis donnant à l’animal l’aptitude à soulever et à remuer doucement ses « ailes ».

La maladie nommée chez les moutons et le bétail dermatosparaxie, chez le cheval, dysplasie collagène et chez l’homme le syndrome de Ehler-Danlos a donné lieu à des monstres de foire qui arboraient une peau excessivement élastique.



Toujours est-il que les chats ailés sont devenus au fil du temps un mythe.

Une légende vivante, pourrait-on dire, puisqu'on en trouve encore aujourd'hui en Chine !



 



image013

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sade

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 17 Août 2012

Les origines de la superstition liée au chat noir

 

01

 

La crainte du chat noir est étroitement liée à une période complexe de l'Histoire qui fut
nommée
La chasse aux sorcières...

 

02


Cet animal, domestiqué en Égypte vers 3000 av. J.C, fut longtemps divinisé et protégé.
Voir un chat traverser le chemin devant soi était alors de bon augure. Lorsque les Grecs découvrirent cet animal, ils lui attribuèrent le nom de
galê. Les Romains l’appelaient felis(pensez à félin, félidé, etc.) ou cattus, issu du latin cattire, "guetter".

Certaines légions romaines arboraient même l’effigie de cet animal sur leur bannière, symbolisant l’indépendance. Le poète grec Aristophane (Ve siècle av. JC) cite, lui, le fructueux commerce du chat au marché d'Athènes.

 

 

 

03



Les chats se propagèrent dans toute l’Europe au cours des conquêtes romaines, évinçant les genettes, ancêtres du chat en Europe, aujourd'hui en voie d'extinction.

 



Il fallut attendre le IVe siècle après J.C. et la disparition des cultes païens pour que cet animal soit ramené à son rôle de chasseur de vermine, et ce n’est qu’en 1175 que le mot
chatpasse dans la langue française. Il remplace alors cattuset autres termes latins. Remarquons que cattusest à l'origine du mot chatdans plusieurs langues : cat (en anglais), katze(en allemand), kat(en néerlandais) gato(en espagnol et en portugais), gatto(en italien).

 

04



LE CHAT NOIR

La crainte du chat, surtout du chat noir, apparut dans l’Europe médiévale au XIIIème siècle, et plus particulièrement en Angleterre.

 



Le christianisme imprégnait alors toutes les couches de la société européenne. Au début du XIIIe siècle, l’Eglise était en pleine lutte contre les sectes hérétiques (Cathares, Vaudois, Albigeois, Béguines, etc.) et voit apparaître de nombreuses sectes pratiquant sorcellerie, magie noire et satanisme.

Or, dans les cérémonies de magie noire au moyen âge, le chat noir jouait un rôle particulier : il était la victime qu’on offrait en sacrifice au diable. Les adeptes du satanisme considéraient pour leur part que le diable s’incarnait en chat noir : l’animal était ainsi adoré par les disciples au cours des rituels.

 

 

05



Sorciers et sorcières furent également associés au chat noir. Les sorcières s’entouraient de chats et prétendaient partager avec leur animal les pouvoirs que leur accordait le diable (une croyance voulait que la sorcière soit capable de se transformer en chat neuf fois).
Sorciers et sorcières se réunissaient lors des "sabbats", des cérémonies nocturnes présidées par le démon, incarné en grand chat noir. Des orgies y avaient lieu ; des enfants y étaient amenés et utilisés pour les rituels.

 



Au-delà des frontières françaises, en Écosse, se pratiquait le rituel du "taghairm" : on offrait au diable des chats noirs qu’on embrochait et faisait rôtir vivants. Attiré par les hurlements des malheureux, Satan apparaissait sous la forme d’un chat et exauçait les vœux des participants ...

Hérésies et cultes païens représentaient un danger pour le christianisme, la stabilité politique du Royaume et l’ordre social. Les sérieuses rumeurs d’enfants enlevés et sacrifiés au cours des rituels sataniques, les actes sacrilèges et blasphématoires commis par les sectes contre les symboles chrétiens et la foi chrétienne, ainsi que les liens tissés entre le paganisme et le personnage du chat, inquiétèrent la Couronne et l’Eglise. Ces dernières amorcèrent conjointement une campagne contre la sorcellerie, la magie noire et le satanisme.

A partir de 1229, avec l’assentiment de la Couronne, la lutte de l’Église contre les sectes prend la forme de l’Inquisition, un tribunal organisé par le pape Grégoire IX. Des inquisiteurs étaient chargés d'enquêter, de constater l’hérésie, puis de convertir l’éventuel coupable.
En cas d’échec, le coupable était remis aux autorité civiles qui décidaient du sort de celui-ci.

 

06

 



C’est ainsi que débuta dans toute l’Europe ce qu’on a appelé plus tard
La chasse aux sorcières, une appellation réductrice qui, en réalité, englobait toutes les sectes, y compris les sectes hérétiques. En effet, de nombreux hérétiques, telles les Béguines, pratiquaient au grand jour des mœurs sexuelles scandaleuses impliquant souvent des enfants. D’autres, comme les Vaudois, s’adonnaient à la sorcellerie.

L’association chats/sorcières n’était cependant pas nouvelle. Elle existait avant le moyen-âge.
Ainsi une légende ancienne parlait d’une déesse de l'obscurité nommée Diane, qui aima Lucifer et en eut une fille, Aradia. Lucifer avait un chat. Il envoya sa fille et son chat sur la terre pour enseigner aux hommes la magie noire … De même, dans l’ère pré-chrétienne, le panthéon nordique adorait la déesse Frigga (ou Freyja), devenue sorcière, qui se déplaçait dans un char tiré par des chats.

 

07



Sorcellerie et chats noirs enflammèrent l’imagination d’une partie de la population qui se mit à répandre les croyances les plus folles, lesquelles échappèrent bientôt à tout contrôle et donnèrent lieu à de cruels abus. Ainsi en France, des milliers de chats, noirs et autres, étaient brûlés chaque mois jusqu'à ce que Louis XIII mît un terme à cette pratique barbare.

 

 

08



En l’absence de son prédateur naturel, la vermine proliféra dans toutes les villes du royaume.
Rats et souris grouillaient dans Paris et les grandes villes de France, ce qui permit, pense-t-on, la prolifération de vastes épidémies telles que la peste. Les fermiers qui avaient conservé des chats dans les campagnes s'en sortaient généralement indemnes, les chats ayant tenu les rats à l’écart.

Contrairement à la croyance populaire,
la chasse aux sorcières atteint son apogée non pas au moyen âge mais vers la fin du XVIe siècle. Elle a été la résultante de nombreux procès organisés pendant plus de 300 ans, particulièrement en Europe du nord. Chose curieuse, ce phénomène, qui n’eut eut lieu qu’en Europe, s’épuisa brusquement et simultanément au début du XVIIe siècle dans toute l’Europe.

Si la crainte du chat noir a survécu jusqu’à nos jours, elle s’est fortement affaiblie. Ainsi au Royaume-Uni, le chat noir porte bonheur depuis … la défaite de Napoléon à la bataille de Waterloo, en 1815 ! Une légende britannique raconte en effet que Napoléon, qui était très superstitieux, aurait croisé un chat noir juste avant la bataille. Ce serait pour cette raison que le chat noir porte malheur aux Français et bonheur aux Anglais ...

Quand on voit le nombre de siècles pendant lesquels des chats noirs furent sacrifiés dans de nombreux pays d'Europe, il est surprenant de constater que le gène de la couleur noire a survécu ... A moins que les chats ne possèdent effectivement neuf vies ? :-)

COMPLEMENTS :

• Norman Cohn :
Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen âge.
• Robert I. Moore (professeur d’histoire médiévale):
La Première révolution européenne

 

09

 

 

Source : internet

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2012

Le chat dans l'astrologie chinoise

 a

 

 

L’astrologie dite chinoise comporte toujours douze signes, quel que soit le pays asiatique, recouvrant la totalité de l’année lunaire. Mais pour ce qui concerne les animaux qui la composent, les traditions varient. Quand ce sont des légendes qui s’affrontent, difficile de faire la part des choses. Selon votre préférence, vous pourrez choisir de suivre l’astrologie vietnamienne ou d’accorder vos violons sur l’astrologie chinoise et japonaise.

 

 

 z

Les légendes

Une nuit de Nouvel An, l'Empereur de Jade (dieu suprême du panthéon taoïste) selon l’une d’elles, Bouddha selon une autre, invita tous les animaux terrestres à se présenter devant lui. Douze animaux obéirent à l’injonction : le rat, le buffle (ou le bœuf selon les versions), le tigre, le chat (ou le lapin ou le lièvre), le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq (ou le poulet), le chien et le cochon. A dater de ce jour, l’année nouvelle serait marquée par le symbole d’un des animaux, et les nouveau-nés hériteraient de certains caractères correspondants à l’animal de leur année.

 r

Oui, mais…

Selon une légende, Bouddha aurait organisé une course pour départager les douze animaux représentant le zodiaque et en choisir l’ordre. Le chat et le rat (pas encore ennemis à cette époque) seraient montés sur le dos du buffle pour traverser le fleuve. Mais presque arrivés sur l’autre rive, le rat aurait précipité le chat dans l’eau pour prendre sa place. Ce qui expliquerait son absence dans le calendrier zodiacal.

y

La même légende existe au Vietnam (avec l’Empereur de Jade au lieu de Bouddha), mais le chat s’en serait sorti indemne, rayant à tout jamais le rat de la liste de ses amis. Il semble ici que les Vietnamiens tenaient à se démarquer de leur gigantesque voisin. Les amateurs de chat apprécieront.

Une troisième légende stipule qu’aux obsèques de Bouddha, le chat tua le rat qui léchait l’huile d’une lampe. Ce crime lui valut l’exclusion chez les Chinois.

 


z

Une explication plus convaincante

Selon Philippe Papin, historien de l’EPHE : "Mão en chinois (lapin) se rapproche de mèo en vietnamien (chat). Il s’agit d’un glissement du sens en suivant la pente du son, comme souvent ".

 

t

À savoir sur le chat dans le zodiaque

L’heure du chat (lapin ou lièvre) se situe entre 5h00 et 7h00, elle est associée au 2e mois de l’année lunaire chinoise.Vous êtes chat (lapin ou lièvre) si vous êtes né :

  • Entre le 28 janvier 1903 et le 15 février 1904 (eau)

  • Entre le 14 février 1915 et le 02 février 1916 (bois

  • Entre le 02 février 1927 et le 21 janvier 1928 (feu)

  • Entre le 19 février 1939 et le 07 février 1940 (terre)

  • Entre le 02 février 1951 et le 25 janvier 1952 (métal)

  • Entre le 25 janvier 1963 et le 12 février 1964 (eau)

  • Entre le 11 février 1975 et le 30 janvier 1976 (bois)

  • Entre le 29 janvier 1987 et le 16 février 1988 (feu)

  • Entre le 16 février 1999 et le 04 février 2000 (terre)

  • Entre le 03 février 2011 et le 22 janvier 2012 (métal)

Vos caractéristiques sont les suivantes :

  • Vous symbolisez l’équilibre familial.

  • Votre planète gouvernante est : Jupiter

  • Votre élément fondamental : Bois

  • Votre symbole : Le Yin

  • Votre saison : Le printemps

 e

Les "chats" célèbres

On peut citer la reine Victoria et Joseph Staline dans les figures politiques, Albert Einstein pour la science, Luther pour la religion, Orson Welles pour le cinéma, Bossuet, Stendhal, Simenon ou Arthur Miller pour la littérature.

 

CHAT3

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 21 Juillet 2012

Chat noir et sorcières

 

 

 a

Au coeur de toutes les passions, inspirateur des écrivains, des poètes et des illustrateurs, incarnation du diable ou ami des sorcières, victime des croyances populaires, tour à tour maléfique et porte-bonheur, le chat noir connaît bien des mésaventures! Bien que réhabilité, le chat noir divise encore son public : certains l'adorent, d'autres en ont peur… une chose est sûre, il ne laisse jamais indifférent!

 

Bien avant l'époque du Moyen Âge, le chat est associé à la sorcellerie. Avant la création du monde, il existait, selon une légende ancienne, une déesse de l'obscurité nommée Diane. Celle-ci aima Lucifer qui possédait un chat. Diane et Lucifer eut une fille, Aradia. Lucifer envoya sa fille et son chat sur la terre pour enseigner aux hommes la magie noire. Ainsi s'explique la relation entre le chat et la sorcellerie.

 

 

 dd

C'est toutefois aux alentours du XIIIe siècle que le chat est "officiellement" associé à la sorcellerie. Rappelons-nous que l'Église, afin de contrer au paganisme, amorce une campagne contre la sorcellerie. L'Inquisition dépeint donc le la sorcière comme un être solitaire et asocial. Plusieurs vieilles femmes seules, ayant un chat pour animal de compagnie, sont des boucs émissaires tout choisis! Des milliers de femmes innocentes sont ainsi torturées, brûlées ou noyées… avec leur chat, noir de préférence.

 

 f

 

En 1233, toute personne accueillant un chat noir sous leur toit risquait donc le bûcher… à moins que le chat "noir" ait au jabot une petite touffe de poils blancs appelée "marque de l'ange" ou "doigt de Dieu", alors chat et propriétaire étaient éventuellement épargnés.

 

 

 fff

En fait, la peur du noir remonte à des millénaires. Elle est née en Égypte pharaonique, où cette couleur était associée à l'image du deuil par référence aux envahisseurs éthiopiens qui avaient la peau foncée. La couleur noire était également associée à Seth, la divinité du mal, et le chat noir faisait déjà l'objet d'une grande aversion.

 ge

Mais contrairement à la croyance que le chat noir était le familier des sorcières, il semblerait que les "vraies" sorcières lui préféraient le chat "Tabby", Qu'importe, le chat noir était tantôt la réincarnation du diable ou de la sorcière car, une autre croyance voulait que celle-ci soit capable de se transformer en chat. Ce pouvoir était toutefois limité à neuf transformations, d'où l'expression qu'un chat possède neuf vies.

 

 gg

 

Dans l'esprit populaire, les dents du chat noir étaient venimeuses, sa chair empoisonnée, ses poils mortels, si vous en avaliez quelques uns. Et que dire de ses yeux "chargés d'étincelles" que le plus malin des hommes ne parvient pas à sonder.

 h

Il faut dire que l'activité nocturne du chat renforce les suspicions… Outre les supplices affreux infligés à nos pauvres petites bêtes, on leur a causé bien d'autres misères. Entre autres, on a longtemps ferré les chats pour éviter qu'ils surprennent dans la nuit. N'est-ce pas que rencontrer un chat noir à minuit, c'est Satan en personne qui vient vous acheter votre âme! Et lors de funérailles, la rencontre avec un chat noir était encore plus néfaste puisqu'elle présageait la mort imminente d'une personne du cortège. Pour contrer la malédiction, le cortège changeait d'itinéraire pour se rendre au cimetière!

 

 hd

 

Même encore aujourd'hui, le fait de croiser un chat noir est une superstition aussi indéracinable que de passer sous une échelle ou de renverser du sel à table.

 hh

Le chat noir, mystérieux et doté de pouvoirs étranges, doit également son malheur à ses vertus de guérisseur. Autrefois, on vantait les mérites de la peau de chat noir contre les rhumatismes. Et pour se remettre d'une mauvaise chute, un seul remède: trancher la queue d'un chat noir et en sucer le sang!

 

 

 hhh

Toutefois, il faut reconnaître que le chat noir peut aussi porter bonheur ou être un pourvoyeur de richesses. En Bretagne, si votre chat noir a quelques poils blancs, il suffit d'en arracher un (sans se faire griffer!) pour connaître la fortune! Dans le Bourbonnais, les soirs de pleine lune, une chatte noire peut vous offrir une bourse pleine d'or.

 

Malgré les différents rôles que le chat a joué dans les traditions populaires, son aspect maléfique est retenu. Encore aujourd'hui, n'est-il pas associé à l'Halloween et aux sorcières des livres de contes. Il faut avouer cependant que les chats noirs d'aujourd'hui sont tout à fait bénins.

 jj

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0

Publié le 30 Juin 2012

A vous de jouer !

 

 a

 

Ludique le chat? Bien sûr, tout pour lui est prétexte au jeu…Ne le voyez-vous pas grimper à l'assaut des rideaux ou poursuivre une proie imaginaire! En plus, notre petit félin déborde d'imagination! Il joue avec tout et n'importe quoi: la queue du voisin (ou la sienne!), l'oreille du chien, une ombre qui bouge, le stylo de son maître, en un mot, tout ce qui remue.

Tout naturellement, le chat pour l'homme est devenu un emblème de jeu. On s'en inspire, on l'imite ou on reproduit son image sur les cartes, les casse-tête, et quoi encore!

 

 g

Jouer avec son chat s'inscrit dans l'histoire de l'homme depuis aussi longtemps que l'antiquité. L'homme s'est toujours adonné à ce passe-temps. Ce délassement fut d'ailleurs très prisé par les érudits, tel Montaigne qui décrit largement ses ébats avec sa chatte: "Quand je joue avec ma chatte, qui sait si elle passe son temps de moi plus que je ne fais d'elle".

 

L'art et la littérature fourmillent d'exemples témoignant de l'attrait irrésistible pour l'homme du chat qui joue. Le chat fascine par son corps conçu pour le jeu. Il dispose d'une gamme de mouvements si variés, lorsqu'il abaisse les épaules, ébranle l'arrière-train, esquisse des arabesques avec ses pattes, un vrai pitre quoi!

 gd

 

 

Les bagarres, cabrioles et courses folles qui se succèdent dans une portée de chatons constituent également tout un spectacle! À cet âge d'ailleurs, le jeu est essentiel à son développement. Un chaton privé de jouer souffrira de carence affective autant qu'un chaton sevré trop tôt.

 

Il semble aussi que le jeu influence le quotient intellectuel du jeune chat. Par le jeu, le chaton apprend à développer ses capacités physiques, à appréhender le monde, à reconnaître les objets et à se situer dans l'espace.

 

Et qu'en disent les chats?

 

 ge

 

Merveilleuse activité que le jeu, variée à l'infini et dans laquelle vous pouvez vous dépenser sans compter, que celle qui consiste à jouer à chat, à chat perché, au chat et à la souris, à cache-cache.

Si vous avez un camarade de jeu, vous pouvez partager vos jeux avec lui. Tout est immobile? Qu'à cela ne tienne: le rideau fait sûrement un pli dans lequel il vous faut glisser la patte, faites tomber de la commode une gourmette qui se tortillera comme un serpent, récupérez le petit pois qui est dans votre pâtée, nettoyez-le soigneusement, et faites-le rouler sur la moquette (méfiez-vous, toutefois, c'est un matériau éphémère).

Une question demeure : devez-vous, dans ces exercices, faire patte griffue ou patte de velours? La solution appartient à chacun, et en aucun cas, il ne faut brusquer votre personnalité!

 h

A force d'assister à ses coups de théâtre, l'homme a fini par intégrer le chat dans ses jeux populaires. À partir du XVIIe siècle, le chat devint dans toute l'Europe, le sujet d'amusements variés.

 

Les écoliers qui jouaient au "berceau du chat" ne se doutaient peut-être pas qu'ils perpétuaient une tradition ancestrale. Ce jeu consiste en une ficelle enroulée autour des mains avec laquelle il s'agit de dessiner une figure que le partenaire doit reprendre de façon à en construire une seconde… Il s'agit d'un jeu mais c'est aussi, dans certains pays, un rituel magique.

 

 z

 

Au Congo, ce jeu tempérait, dit-on, l'ardeur du soleil. Les Esquimaux, eux, se servaient de cette ficelle pour tenter d'emprisonner ses rayons. Aujourd'hui, ce jeu est un peu tombé en désuétude mais il reste en vogue, chose étrange, dans les pays où l'on adore l'astre du jour.

 

Aussi, dans les cours de récréation, des générations d'enfants se sont livrés aux jeux de poursuite que sont les différents "chats" : perché, coupé, baissé, le chat et la souris… imitant ainsi nos petits félins.

 

 hd

 

Le plus surprenant toutefois reste le jeu de cartes français appelé "Chat pouilleux". Ce nom désigne le valet de pique, dont il faut absolument se débarrasser en le donnant à l'un des autres joueurs. L'origine de ce jeux reste mystérieuse.

 

Si l'on peut supposer que le "chat perché" évoquait une attitude du chat, comment expliquer la relation du chat avec les cartes?

 

 z

 

Mais laissons donc le mot de la fin à Albert Schweitzer :
"Il y a deux façons de fuir la misère humaine, jouer de l'orgue et observer les jeux de chats."

 

 zf

 

Voir les commentaires

Rédigé par Eurothai - Sonia

Publié dans #Le Paranormal et Surnaturel...

Repost 0